Woman standing in front of a toilet holding toilet paper

Syndrome du Côlon Irritable (SCI)

Comprendre les signes, les symptômes et les options de traitement pour vivre avec le SCI.

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est une affection de l’intestin. Ceux qui en sont touchés peuvent souffrir de problèmes de motilité (mouvement des aliments digérés dans les intestins) et de sensibilité (la façon dont le cerveau interprète les signaux provenant des nerfs intestinaux), engendrant des douleurs abdominales, des changements au niveau des habitudes intestinales et d’autres symptômes. Même si cette affection est souvent dérangeante, débilitante et embarrassante, il peut être rassurant de savoir que le SCI est bénin, ne cause pas le cancer ni d’autres maladies plus graves.

Le Canada présente l’un des taux les plus élevés de SCI dans le monde. Cinq millions de Canadiens souffrent du SCI et on estime que 120 000 Canadiens développent ce trouble digestif chaque année. Environ 40 % des personnes souffrant du SCI consultent pour des soins médicaux, tandis que celles ayant des symptômes moins graves se soignent elles-mêmes en apportant des changements à leur mode de vie, en évitant certains aliments et en faisant l’achat de médicaments en vente libre. Le SCI est beaucoup plus fréquent chez les femmes que chez les hommes.

Les personnes atteintes du SCI déclarent fréquemment se sentir déprimées, gênées et gênées. Leur incapacité à prédire les symptômes impose un fardeau important sur la vie quotidienne. Le SCI limite la productivité et la performance au travail, a un effet négatif sur la qualité des relations et limite la participation aux activités sociales de routine (Gastrointestinal Society 2018).

Le SCI a également un fardeau financier personnel, les individus essayant parfois plusieurs traitements en vente libre et des thérapies alternatives dans leur quête pour ne plus avoir de symptômes ; les coûts peuvent être importants en raison du manque d’informations sur l’efficacité de ces prétendus remèdes (Gastrointestinal Society 2018).

La cause sous-jacente de SCI n’est toujours pas claire et il n’y a pas de marqueurs diagnostiques de la maladie pour le SCI. Les directives recommandent aux médecins de poser un diagnostic positif en utilisant des critères basés sur les symptômes de la personne.

Les sous-types de SCI sont reconnus par les critères de Rome IV basés sur l’habitude intestinale prédominante signalée par la personne, lorsqu’elle ne prend pas de médicaments, comme suit :

  • SCI-C : avec constipation prédominante (Bristol types 1 et 2).
  • SCI-D : avec diarrhée prédominante (Bristol types 6 et 7).
  • SCI-M : avec constipation et diarrhée (Bristol types 1 et 6).

Qu’est-ce que le SCI-C ?

Le syndrome du côlon irritable avec constipation, également appelé IBS-C, est une affection pénible qui peut affecter de manière significative la qualité de vie des personnes touchées.

La constipation survient lorsque les aliments digérés se déplacent lentement dans le tube digestif. En conséquence, les selles restent dans le gros intestin pendant des périodes prolongées où les intestins éliminent l’excès d’eau, ce qui rend les selles dures, sèches, grumeleuses et difficiles à évacuer.

Qu’est-ce que le SCI-D ?

Le syndrome du côlon irritable avec diarrhée est le SII avec la diarrhée comme symptôme principal, également appelé SCI-D.

Les personnes atteintes du SCI-D éprouvent fréquemment des douleurs abdominales et des selles liquides et, à l’occasion, une perte de contrôle des intestins. En fait, environ 1 personne sur 3 avec IBS-D a une perte de contrôle de l’intestin ou des salissures. Cela a un fort impact négatif sur la vie quotidienne, mais ces symptômes et d’autres du SCI-D peuvent être gérés.

Ça vous ressemble ?

Vous devriez consulter votre médecin. L’American Gastroenterology Association (AGA) recommande aux patients trois étapes pour améliorer la communication avec leur médecin :

  1. Parlez tôt : parlez à un médecin dès que possible après l’apparition des symptômes, pas seulement avec un membre de la famille ou un ami
  2. Exprimez-vous complètement : détaillez les symptômes à votre professionnel de la santé. Une excellente façon de le faire est de télécharger notre nouvelle application pour vous aider à suivre les symptômes quotidiennement.
  3. Parlez souvent : Informez le médecin de l’évolution de vos symptômes après tout nouvel effort de traitement afin que des approches de traitement alternatives puissent commencer.

Citations

Lovell RM and Ford AC. Global prevalence of and risk factors for irritable bowel syndrome: A meta-analysis. Clin Gastroenterol Hepatol. 2012 Jul;10(7):712-21.e4.

SCI n’est pas une entité unique. C’est un ensemble de symptômes abdominaux et intestinaux. Les symptômes courants du SCI qui appuient un diagnostic sont :

  • Douleur abdominale
  • Fréquence anormale des selles
  • Urgence
  • Crampes
  • Ballonnement
  • Forme anormale des selles
  • Forcer à la défécation
  • Avoir l’impression de ne pas avoir complètement vidé vos intestins 
  • Mucus dans les selles 

Alors que la plupart des gens éprouvent des troubles digestifs de temps en temps, ce qui distingue le SCI, ce sont les douleurs abdominales et la diarrhée ou la constipation qui reviennent encore et encore. À certains moments, la douleur et l’inconfort des symptômes du SCI peuvent être graves et débilitants, et à d’autres moments, ils peuvent s’améliorer ou même disparaître complètement.

Quelles sont les causes du syndrome du côlon irritable (SCI) ?

La cause exacte du SCI est inconnue, on croit cependant que le SCI est attribuable à plusieurs facteurs. Chez certains patients, cette affection peut être associée à une infection antérieure ou à un événement ayant perturbé le fonctionnement normal des intestins.

Il est courant que certaines personnes développent le SCI à la suite d’une infection gastro-intestinale, d’une intoxication alimentaire, de la diarrhée des voyageurs, d’une chirurgie, d’un changement apporté au régime alimentaire ou de l’utilisation d’antibiotiques ou de nouveaux médicaments. Chez d’autres personnes, un déséquilibre des bactéries intestinales ou une fluctuation du niveau hormonal, un changement des signaux qu’envoie le système immunitaire à la paroi digestive ou aux neurotransmetteurs (substances chimiques cérébrales) peuvent également entraîner le développement du SCI.

On s’intéresse actuellement beaucoup aux modifications possibles du nombre ou du type de bactéries intestinales, mais le rôle précis que cela peut jouer dans le SCI n’est pas encore connu. Chez les personnes atteintes du SCI, la fonction intestinale peut être modifiée de nombreuses façons :

  • Motilité (mouvement du contenu à travers les intestins) : Normalement, des vagues de contractions coordonnées des muscles intestinaux (péristaltisme) transportent les aliments digérés à travers les intestins. Chez les personnes souffrant du SCI, le rythme et la coordination de ces contractions peuvent être modifiés. La modification de cette fonction motrice peut entraîner un mouvement trop rapide des intestins (causant la diarrhée) ou trop lent (causant la constipation) et ainsi causer des spasmes et de la douleur.
  • Sensibilité (la façon dont le cerveau interprète les signaux provenant des nerfs intestinaux) : Le réseau de nerfs entourant les organes de digestion peut devenir inhabituellement sensible. Pour certaines personnes ayant le SCI, même un petit changement dans l’activité intestinale peut provoquer les nerfs pour que ces derniers envoient des messages au cerveau causant ainsi des douleurs abdominales.
  • Dysfonctionnement des signaux du cerveau aux intestins : Il se peut que le cerveau des personnes souffrant du SCI ait des problèmes de réception et de traitement des sensations provenant des intestins. Un dysfonctionnement peut se produire le long des différentes voies reliant le cerveau aux intestins, interférant ainsi avec le fonctionnement normal des intestins. De nombreux aspects de la vie quotidienne peuvent déclencher ou aggraver les symptômes du SCI. Les déclencheurs varient d’une personne à l’autre, mais les plus courants sont certains aliments, les médicaments, le stress émotionnel et les fluctuations d’hormones. Les aliments, tout particulièrement la caféine, l’alcool, les boissons gazeuses, les aliments gras, certains fruits et légumes ainsi que le lactose, le fructose et le gluten (les protéines de blé) peuvent causer des problèmes aux personnes atteintes du SCI.

Facteurs de risques

  • Âge : Le SCI peut toucher les personnes de tous âges, mais il se déclare souvent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte.
  • Sexe : Le SCI touche davantage les femmes que les hommes.
  • Antécédents familiaux du SCI : Les personnes dont un parent immédiat (parents, frères ou sœurs) souffre du SCI ont plus de risques de développer cette affection.

Qu’est-ce qui cause le SCI avec constipation (SCI-C) ?

La cause de SCI-C n’est pas encore connue ; Cependant, il existe une variété de facteurs qui peuvent contribuer au trouble. Ceux-ci inclus:

  • Motilité intestinale : les parois des intestins sont tapissées de couches de muscles qui se contractent et se détendent à un rythme coordonné lorsqu’ils déplacent les aliments de votre estomac vers vos intestins via un processus appelé péristaltisme. Pour les personnes atteintes de SCI-C, les contractions dans l’intestin peuvent être réduites ou retardées, ce qui entraîne un déplacement plus lent des gaz, des ballonnements et des selles que la normale.
  • Hypersensibilité nerveuse : des signaux mal coordonnés entre le cerveau et l’intestin peuvent faire réagir votre corps de manière excessive aux activités qui se déroulent pendant la digestion, entraînant une sensibilité accrue. Cela peut expliquer pourquoi les personnes atteintes du SCI-C ressentent des douleurs et des malaises abdominaux. Absorption excessive de liquide : La constipation survient lorsque l’intestin absorbe trop de liquide des selles, ce qui peut se produire en raison de contractions réduites ou retardées. Connexion cerveau-intestin : Il existe une forte connexion entre notre cerveau et nos intestins. C’est ce qu’on appelle parfois la connexion cerveau-intestin. Chez les personnes atteintes de SCI-C, une éventuelle déconnexion ou une mauvaise communication entre l’esprit et l’intestin peut avoir un impact sur la motilité, la sensibilité à la douleur et l’absorption des liquides. Cette déconnexion peut entraîner des douleurs abdominales, de l’inconfort et de la constipation.
  • Absorption de l’excès de liquide : La constipation survient lorsque les intestins absorbent trop de liquides des selles, ce qui peut se produire à cause des contractions réduites ou retardées des parois abdominales.
  • Connexion cerveau-intestins : Il existe un lien important entre votre cerveau et vos selles. On l’appelle parfois la connexion cerveau-intestins. Chez les personnes atteintes du SCI-C, une mauvaise connexion possible ou une mauvaise communication entre le cerveau et les intestins peut influencer la motilité, la sensibilité à la douleur et l’absorption du liquide. Cette mauvaise connexion peut entraîner des douleurs abdominales, de l’inconfort et la constipation.

Signes et symptômes du SCI avec constipation (SCI-C)

Lorsque vous vivez avec le SCI-C, les symptômes peuvent soudainement s’aggraver (poussée) puis s’améliorer sans raison apparente. Lorsque les symptômes éclatent, ils peuvent être graves, débilitants et durer des jours ou des mois. Les signes et symptômes possibles du SCI-C sont :

  • douleur ou inconfort abdominal
  • gaz, ballonnements et distension abdominale
  • forcer en allant à la selle
  • un sentiment que quelque chose bloque votre rectum
  • selles peu fréquentes (moins de trois par semaine)
  • vous sentir comme si vous n’aviez pas terminé vos selles d’autres maladies afin que celles-ci puissent être exclues
  • diarrhée ou selles molles et liquides, surtout le matin ou après les repas
  • aller à la selle trois fois ou plus par jour
  • urgence soudaine avant les selles
  • sensation de vidange incomplète après les selles
  • douleurs abdominales ou crampes
  • perte de contrôle des intestins ou souillure

Risques associés au SCI-C

S’il n’est pas soigné, le SCI-C peut possiblement engendrer des complications additionnelles de santé, notamment :

  • hémorroïdes : veines dilatées (vaisseaux sanguins) dans le rectum qui peuvent saigner ou glisser par l’anus.
  • des fissures anales : une fissure dans la paroi de votre anus qui peut se développer lorsque des selles dures et imposantes élargissent le sphincter anal.
  • un fécalome : un bouchon de selles dures ne pouvant être évacuées normalement et qui pourrait nécessiter un retrait manuel.
  • un prolapsus rectal : Les tissus rectaux sortent par l’anus.
  • syndrome des « intestins paresseux » : ce syndrome peut être provoqué par une utilisation fréquente de laxatifs, ainsi les intestins en dépendent pour fonctionner adéquatement.

Quelles sont les causes du syndrome du côlon irritable avec diarrhée (SCI-D)

Bien que la cause exacte de SCI-D soit inconnue, on pense que le SCI-D peut être causé par l’un des nombreux facteurs suivants :

  • Dysfonctionnement cerveau-intestin : il existe une communication bidirectionnelle dynamique entre l’intestin et le cerveau. Un dysfonctionnement peut se produire le long des nombreuses voies différentes qui relient le cerveau et l’intestin et les changements dans une voie ne peuvent finalement pas affecter les autres.
  • Infection bactérienne : intoxication alimentaire, diarrhée du voyageur. Ces agents infectieux sont généralement éliminés du corps en quelques jours mais entraînent des altérations chroniques de la motilité (intestin trop rapide ou trop lent) et une signalisation sensorielle anormale au cerveau.
  • Acides biliaires : ceux-ci sont normalement absorbés dans l’intestin grêle, mais certains patients en répandent trop dans le gros intestin (côlon), ce qui peut déclencher des diarrhées et des crampes.
  • Sensibilité alimentaire : de nombreux patients présentent des symptômes induits par les repas. Certains patients ont un intestin hypersensible et les repas induisent une motilité intestinale (par exemple une distension) qui peut provoquer des symptômes. Il existe également de plus en plus de preuves que certains aliments peuvent également avoir des actions spécifiques sur la motilité intestinale, ce qui pourrait impliquer des altérations du microbiome ou que le microbiome d’un individu pourrait également le rendre plus sensible à des aliments spécifiques. Cependant, beaucoup plus de recherches sont nécessaires dans ce domaine.
  • Utilisation d’antibiotiques ou de nouveaux médicaments : les antibiotiques peuvent provoquer un déséquilibre des bactéries intestinales et d’autres médicaments, une modification de la motilité dans l’intestin.
  • Stress et anxiété : Ceux-ci ne sont pas la cause du SCI-D, mais sont reconnus comme un déclencheur courant de symptômes chez certaines personnes.
  • Hérédité : Le SCI-D peut fonctionner dans les familles, mais on ne sait pas dans quelle mesure cette association est liée à un environnement ou à une génétique commune. Des recherches récentes ont identifié un ou plusieurs défauts génétiques qui pourraient être impliqués dans un sous-ensemble de SCI, mais d’autres études sont nécessaires pour déterminer si ces défauts sont importants. Par conséquent, les tests génétiques ne sont pas indiqués.

Risques associés au SCI-D

S’il n’est pas traité, le SCI-D peut potentiellement entraîner des complications de santé supplémentaires. Ceux-ci inclus :

  • La diarrhée peut aggraver les hémorroïdes chez les personnes qui en ont déjà.
  • L’élimination de nombreux aliments de l’alimentation peut entraîner une alimentation trop limitée en nutriments qui pourrait causer des problèmes de santé.
  • Le stress et l’anxiété peuvent résulter de la douleur et avoir un impact sur la qualité de vie d’une personne.

Dépistage du syndrome du côlon irritable (SCI)

Souvent, les symptômes eux-mêmes peuvent fournir aux médecins l’information dont ils ont besoin pour établir le diagnostic du SCI. Votre médecin effectuera un examen physique et notera tous vos antécédents médicaux, passant en revue de façon détaillée vos symptômes. Pour cette raison, il est important d’être franc et précis avec votre médecin quant aux problèmes que vous éprouvez. Un ensemble de critères particuliers associés aux symptômes (les médecins les désignent souvent comme les critères de Rome) a été conçu pour aider les médecins à poser le diagnostic du SCI.

Critères de Rome IV

Selon les critères de diagnostic de Rome IV, le SCI se caractérise par des douleurs abdominales récurrentes pendant, en moyenne, au moins un jour par semaine au cours des trois derniers mois, associées à deux ou plusieurs des éléments suivants :

  • Symptômes liés à la défécation
  • Symptômes associés à une modification de la fréquence des selles
  • Symptômes associés à un changement de forme (apparence) des selles

Pour les personnes jeunes, le diagnostic peut être fait avec confiance selon les critères symptomatiques, l’absence de tout signe avant-coureur dans leurs antécédents médicaux ou leur examen physique (p. ex., sang dans les selles, symptômes réveillant les patients la nuit, d’importants antécédents familiaux de cancer du côlon, une perte de poids inexpliquée). Le syndrome du côlon irritable n’est pas détecté par des tests de laboratoire, des rayons X ou une endoscopie. Votre médecin peut toutefois demander que vous subissiez d’autres tests, surtout si vous présentez des signes avant-coureurs. Pour éliminer la possibilité d’autres infections ou de problèmes sous-jacents, ces tests peuvent inclure ce qui suit :

Analyses sanguines :

Les analyses sanguines peuvent aider à écarter l’anémie, le diabète, une fonction thyroïdienne anormale, la maladie cœliaque et des changements dans les taux de calcium qui peuvent affecter le tube digestif.

Test d’échantillons de selles :

Une analyse des selles permet de détecter s’il y a du sang dans les selles et d’écarter les infections bactériennes, une malabsorption du tube digestif, des parasites et d’autres problèmes digestifs.

Tests d’imagerie :

Votre médecin peut demander que vous subissiez des tests pour voir à l’intérieur de vos organes digestifs inférieurs. On effectue ces tests pour éliminer tout problème de santé plus grave. Ces tests sécuritaires peuvent aider à identifier des problèmes, comme des ulcères, des polypes (des excroissances sur la paroi des intestins), le cancer du côlon ou la maladie intestinale inflammatoire et incluent :

  • La colonoscopie : Un mince tube flexible équipé d’une lumière et d’une minuscule caméra est introduit dans le gros intestin (le côlon) par le rectum. Le colonoscope permet à votre médecin d’examiner la paroi des sections supérieures et inférieures de votre côlon.
  • Sigmoïdoscopie flexible : Lors d’une intervention semblable à la colonoscopie, un tube flexible permet à votre médecin d’examiner la paroi de la partie inférieure de votre côlon.
  • Coloscopie par tomodensitométrie : Dans la plupart des cliniques, les lavements barytés ont été remplacés par les coloscopies par tomodensitométrie. Ce scintigramme prend des images transversales de l’abdomen et utilise un logiciel spécial pour créer des images en trois dimensions du côlon. Ce test est très précis pour détecter les plus gros polypes et les cancers.

Tests alimentaires :

  • Intolérance au lactose : L’intolérance au lactose (l’incapacité à digérer le sucre contenu dans le lait) peut causer des symptômes gastro-intestinaux semblables à ceux du SCI. Votre médecin peut écarter l’intolérance au lactose en effectuant une épreuve respiratoire à l’hydrogène ou en vous demandant d’éliminer le lactose de votre régime alimentaire durant deux semaines, et en le réintroduisant par la suite et en consignant vos symptômes.
  • Maladie cœliaque : La maladie cœliaque (une affection du système immunitaire qui réagit au gluten, une protéine que l’on retrouve dans le blé) cause des dommages à la paroi du petit intestin et peut aussi engendrer des symptômes semblables à ceux du SCI. Votre médecin peut écarter la maladie cœliaque en effectuant une simple analyse sanguine en cabinet ou à la maison à l’aide d’une trousse pouvant être achetée en pharmacie. Vous devez manger du gluten au moment de faire le test afin que les résultats soient exacts. Si l’analyse sanguine est positive, une biopsie sera nécessaire pour confirmer le diagnostic de la maladie cœliaque.

Traiter le syndrome du côlon irritable (SCI)

Rassurez-vous en sachant que le SCI est un problème extrêmement courant et, dans de nombreux cas, de simples changements dans votre mode de vie et votre alimentation peuvent soulager les symptômes. Cependant, aucun traitement ne fonctionne pour tout le monde et le traitement dépendra des types de symptômes que vous avez, de leur gravité et de la façon dont ils affectent votre vie quotidienne.

Votre médecin peut vous donner une ordonnance ou vous recommander des produits en vente libre si vos symptômes sont graves et si les stratégies pour modifier votre mode de vie et votre alimentation n’ont pas fonctionné. Généralement, les médicaments ciblent le symptôme dominant, p. ex., la diarrhée, la constipation ou la douleur.

  • Les médicaments antispasmodiques peuvent aider à réduire les spasmes musculaires, les douleurs abdominales et les crampes.
  • Les antidépresseurs, à faible dose, agissent sur les messagers chimiques du tube digestif et peuvent aider à soulager la diarrhée, les douleurs et les crampes. À dose plus élevée, ces médicaments soignent la dépression et l’anxiété qui peuvent accompagner le SCI.
  • Les médicaments antidiarrhéiques, comme le Loperamide, peuvent aider à contrôler la diarrhée en réduisant la fréquence des selles et en ralentissant le mouvement des intestins.
  • Les laxatifs accélèrent le mouvement des selles à travers les intestins et peuvent être prescrits aux personnes souffrant de constipation. Les laxatifs sont offerts par ordonnance ou en des formulations en vente libre. Consultez votre médecin pour savoir lesquels vous conviennent le mieux.
  • Les agents prosécrétoires et les agents analgésiques augmentent la quantité de liquide dans le tube digestif tout en réduisant la sensibilité des nerfs sensibles à la douleur dans les intestins. Il a été démontré que ces agents amollissaient les selles et augmentaient leur fréquence, qu’ils réduisaient les ballonnements et les douleurs abdominales chez les patients atteints du SCI.

Changements au mode de vie

Il est rassurant de savoir que le SCI est un problème très fréquent, et dans bien des cas, de simples changements apportés à votre style de vie et à votre régime alimentaire peuvent soulager vos symptômes. Il n’y a toutefois pas un traitement universel et ce dernier dépend des types de symptômes que vous avez, de leur gravité et de la façon dont ils ont des répercussions sur votre vie quotidienne.

Les changements suivants apportés à votre mode de vie peuvent aider à prévenir ou à soulager les symptômes du SCI :

  • Identifiez les déclencheurs alimentaires – Le suivi des aliments que vous mangez et l’enregistrement des moments où vous avez ressenti des symptômes/de la détresse peuvent aider à révéler les liens entre les aliments et le SCI-D. Vous devriez prendre des notes détaillées qui devraient inclure les types et les quantités d’aliments consommés et le moment de la consommation. Il est important d’enregistrer également l’heure et la description des événements intestinaux pénibles ou de la douleur et de l’inconfort associés. Vous trouverez ci-dessous quelques considérations diététiques dont vous voudrez peut-être discuter avec votre médecin et/ou votre diététiste.
  • Les aliments riches en matières grasses peuvent aggraver les symptômes du SCI-D
  • Produits laitiers : les produits sans lactose peuvent être mieux tolérés
  • Évitez l’alcool
  • Une réduction de la caféine peut être bénéfique. Cela comprend les boissons contenant de la caféine, telles que le café, le thé, les colas et les boissons énergisantes
  • Les édulcorants au sorbitol (présents dans certains chewing-gums) peuvent être problématiques
  • Boire beaucoup d’eau
  • Les suppléments probiotiques tels que lactobacillus acidophilus peuvent aider à soulager les symptômes du SCI, notamment les douleurs abdominales, les ballonnements et les irrégularités des selles. Demandez à votre professionnel de la santé pour plus d’informations.
  • Une alimentation pauvre en FODMAP (oligo-saccharides, di-saccharides, mono-saccharides et polyols fermentescibles), un groupe de glucides à chaîne courte, peut aider à soulager les symptômes. Le régime est utilisé à court terme suivi d’une réintroduction pour évaluer la tolérance à des aliments individuels. Consultez votre professionnel de la santé pour plus d’informations.
  • Manger de gros repas peut également déclencher des crampes abdominales et de la diarrhée. Il est préférable de manger de plus petits repas.
  • Les fibres peuvent être utiles pour réduire les symptômes du SCI-D. Si un essai d’un supplément de fibres tel que le psyllium est utilisé, les fibres doivent être ajoutées progressivement, car elles peuvent initialement aggraver les ballonnements et les gaz. Si vous souffrez d’IBS-D, recherchez des aliments contenant plus de fibres solubles, le type qui prend plus de temps à digérer (comme celui que l’on trouve dans l’avoine).
  • Le stress est considéré comme l’un des déclencheurs des symptômes du SII. Voici quelques habitudes saines qui peuvent également aider à réduire les symptômes du SCI.
  • L’exercice peut améliorer et réduire le stress.
  • Reposez-vous suffisamment. Cela permet à votre corps de maintenir ses fonctions de base, de réparer et de gérer le stress.
  • Utilisez des techniques de relaxation : respiration profonde, visualisation, yoga.
  • Consultez un professionnel formé en thérapie cognitivo-comportementale ou en hypnothérapie dirigée par l’intestin.

Pour traiter le SCI-C

Il est important de trouver une solution qui vous convient le mieux afin que vous puissiez trouver un soulagement et profiter de la meilleure qualité de vie possible malgré le SCI-C. Votre fournisseur de soins de santé tentera de vous aider à gérer vos symptômes. Les recommandations commencent généralement par des changements de mode de vie et de régime alimentaire. Si ces changements n’apportent pas de soulagement, des produits en vente libre ou des médicaments sur ordonnance peuvent être prescrits.

Médicaments pour le SCI-C

Même si les changements au mode de vie et les changements alimentaires peuvent jouer un rôle dans la gestion des symptômes légers du SCI-C, si vos symptômes ne s’améliorent pas ou même empirent, il se peut que vous nécessitiez une intervention supplémentaire. Des produits en vente libre et des traitements sur ordonnance sont offerts pour traiter le SCI-C. Les médicaments en vente libre sont conseillés pour une utilisation occasionnelle et à court terme. Si vos symptômes restent inchangés, vous devriez consulter votre fournisseur de soins de santé. Avec les bons médicaments, vous devriez trouver du soulagement et ne pas laisser le SCI-C nuire à vos activités quotidiennes et à votre qualité de vie.

Les traitements en vente libre incluent :

  • Les laxatifs osmotiques sont des laxatifs non stimulants qui éliminent l’eau dans le côlon, augmentent la fréquence des selles et permettent aux selles de se déplacer plus facilement à travers le côlon.
  • Les laxatifs mucilagineux sont des laxatifs non stimulants contenant des fibres. Les fibres produisent de l’eau dans les intestins pour adoucir les selles et augmenter le volume fécal. Le psyllium ou la méthylcellulose sont les laxatifs mucilagineux les plus fréquemment utilisés.
  • Les émollients fécaux sont des laxatifs non stimulants qui ramollissent les selles en réduisant la surface de tension et en permettant aux fluides intestinaux de pénétrer la masse fécale pour la rendre plus molle et facile à évacuer.
  • Les laxatifs stimulants stimulent les nerfs et les muscles des intestins et provoquent les selles en augmentant la contraction des muscles des intestins afin d’évacuer les selles plus rapidement à travers le côlon.

Médicaments sur ordonnance pour le SCI-C

  • Les agents pro-cinétiques qui stimulent le mouvement et les contractions des intestins afin d’augmenter la vitesse à laquelle les selles se déplacent à travers les intestins, augmentant ainsi la fréquence des selles et réduisant les symptômes du SCI-C.
  • Les agents prosécrétoires et les agents analgésiques augmentent la quantité de liquide dans le tube digestif tout en réduisant la sensibilité des nerfs sensibles à la douleur dans les intestins. Il a été démontré que ces agents amollissaient les selles et augmentaient leur fréquence, qu’ils réduisaient les ballonnements et les douleurs abdominales chez les patients atteints du SCI-C.

Certains patients atteints du SCI-C ne trouvent pas de soulagement avec les changements apportés au mode de vie et à leur alimentation ni avec les médicaments en vente libre. Ces personnes doivent suivre un traitement à long terme sécuritaire et efficace. Il existe actuellement deux catégories de médicaments sur ordonnance qui pourraient aider, soit :

Medications for IBS-D

Bien que les changements de mode de vie et d’alimentation puissent jouer un rôle dans la gestion des symptômes légers du SCI-D, si vos symptômes ne s’améliorent pas, vous devrez peut-être intervenir davantage. Des thérapies en vente libre et sur ordonnance sont disponibles pour le traitement du SCI-D.

Les médicaments en vente libre sont recommandés pour une utilisation à court terme/occasionnelle. Si vos symptômes ne sont toujours pas résolus, vous devriez consulter votre fournisseur de soins de santé. Avec le bon médicament, vous pouvez trouver un soulagement et empêcher le SCI-D d’inhiber vos activités quotidiennes et votre qualité de vie.

Thérapies en vente libre pour le SII-D

  • Huile de menthe poivrée (Pour que cette thérapie fonctionne, le l-Menthol doit atteindre l’intestin grêle. Le CDHF vous recommande de demander à votre médecin sur IBgard avec sa technologie SST® (Site Specific Targeting) qui délivre des microsphères d’huile de menthe poivrée rapidement et de manière fiable dans le petit intestin. 
  • Probiotique
  • Fibre
  • Enzymes alpha galactosidases (par exemple Beano), siméthicone, bien que l’efficacité avec de nombreux produits ne soit pas prouvée.

Médicaments sur ordonnance pour le SCI-D

Les patients atteints du SCI-D souffrent d’une multitude de symptômes, notamment des douleurs abdominales, des ballonnements et de la diarrhée. Les médicaments sur ordonnance couramment utilisés ne traitent qu’un seul symptôme plutôt que la constellation de symptômes observés chez les patients SCI-D. Les progrès récents dans le traitement du SCI ont produit de nouveaux médicaments qui non seulement traitent les multiples symptômes, mais ont été spécifiquement étudiés et approuvés pour utilisation par Santé Canada chez les patients atteints du SCI-D.

Les médecins peuvent désormais prescrire un médicament ou une combinaison de médicaments qui :

  • réduire les douleurs abdominales en bloquant les signaux de douleur au cerveau
  • détendre les muscles de l’intestin pour réduire la diarrhée et le besoin urgent et incontrôlable d’aller aux toilettes (urgence)
  • réduire les symptômes abdominaux et intestinaux, y compris la douleur, les ballonnements, l’urgence et la diarrhée Votre médecin peut déterminer si une combinaison ou un traitement unique vous convient.
  • Le Canada a l’un des taux de prévalence du syndrome du côlon irritable (SCI) les plus élevés au monde – estimé à 18 % contre 11 % à l’échelle mondiale. (Lovell et al. 2012)
  • Plus de 70 % indiquent que leurs symptômes interfèrent avec la vie quotidienne et 46 % déclarent s’absenter du travail ou de l’école en raison du SII. (Société gastro-intestinale 2016)
  • 54% des personnes atteintes du SII présentent des symptômes de fatigue. (Société gastro-intestinale 2018 ; Han et al. 2016)
  • 40 à 60% des personnes atteintes du SII présentent des symptômes psychologiques, notamment des troubles anxieux et une dépression. (Société gastro-intestinale 2018)
  • En moyenne, les patients atteints du SII ont déclaré qu’ils abandonneraient 25 % de leur vie restante (15 ans) pour vivre une vie sans symptômes. (Société gastro-intestinale 2018)
  • Les données provenant des États-Unis suggèrent qu’en moyenne, les coûts sont de 2 026 USD de plus par an et par patient chez les personnes atteintes du SII par rapport à celles qui n’en ont pas. (Buono et al. 2017)
  • En moyenne, il faut 4 ans pour qu’un individu reçoive un diagnostic définitif d’IBS. (Société gastro-intestinale 2018)
  • Au Canada, 45 % des coûts directs du traitement du SII sont attribués aux tests diagnostiques. (Fedorak et al. 2012)

Citations:

Buono JL et al. Economic burden of irritable bowel syndrome with diarrhea: Retrospective analysis of a U.S. commercially insured population. J Manag Care Spec Pharm. 2017 Apr;23(4):453-60.

Fedorak RN et al. Canadian Digestive Health Foundation Public Impact Series 3: Irritable bowel syndrome in Canada. Incidence, prevalence, and direct and indirect economic impact. Can J Gastroenterol. 2012 May;26(5):252-6.

Gastrointestinal Society. 2018. IBS Global Impact Report 2018. https://badgut-5q10xayth7t3zjokbv.netdna-ssl.com/wp-content/uploads/IBS-Global-Impact-Report.pdf [accessed 3 September 2018]

Han CJ and Yang GS. Fatigue in irritable bowel syndrome: A systematic review and meta-analysis of pooled frequency and severity of fatigue. Asian Nurs Res (Korean Soc Nurs Sci). 2016 Mar;10(1):1-10.

Lovell RM and Ford AC. Global prevalence of and risk factors for irritable bowel syndrome: A meta-analysis. Clin Gastroenterol Hepatol. 2012 Jul;10(7):712-21.e4.

Quelle est la cause de la flatulence excessive et des rots ?

C’est un problème assez courant ! En effet, la plupart des gens produisent des gaz intestinaux qui sortiront du corps à travers le rectum. Bien que produire du gaz intestinal reste un phénomène normal, la flatulence et les rots peuvent être inconfortables et gênants.  Les mouvements (contractions) des intestins qui aident à chasser les gaz et les fluides hors du corps peuvent provoquer des gargouillements d’estomac.

Le gaz excessif dans le tube digestif provient de deux sources principales :

1) L’habitude d’avaler de l’air peut entrainer des rots excessifs.  Il est conseillé de manger lentement, d’éviter de mâcher du chewing-gum  et de fumer, de traiter les problèmes qui mènent à l’accumulation du flegme à l’arrière de la gorge (écoulement rétro-nasal) et d’éliminer l’habitude de raclement de la gorge et la déglutition. Ces mesures peuvent aider à réduire la quantité d’air avalé dans votre organisme.  Trop souvent, les éructations entrainent un réflexe instinctif d’avaler de l’air, suivi par des accumulations gazeuses. On vous encourage de faire un effort conscient de ne pas avaler de l’air après chaque rot.

2) Et deuxièmement, les gaz peuvent se former à la suite de la décomposition de certains produits alimentaires, surtout les glucides, par des bactéries normalement présentes dans le gros intestin. Les aliments qui causent des gaz comprennent les haricots, le brocoli, le chou, les boissons aux fruits, les  boissons gazeuses et les produits laitiers. Le produit Beano (disponible en vente libre) peut contribuer à réduire la formation des gaz quand vous avez mangé beaucoup de fruits et de légumes.

Il n’existe aucune approche thérapeutique ou diagnostic qui s’applique à tout le monde.  Je vous suggère de communiquer avec votre médecin de famille et de discuter de vos symptômes et des tests que vous pouvez effectuer afin d’apaiser les malaises de ce trouble digestif.

Quelle est la fréquence du SCI ?

Le SCI est très courant. En fait, le Canada a l’un des taux les plus élevés de SII au monde, estimé à 18 % contre 11 % à l’échelle mondiale (Lovell et al. 2012).

Quels sont les symptômes les plus courants ?

Douleurs abdominales, modèles de bol irréguliers qui entraînent de la constipation, de la diarrhée ou des périodes alternées des deux.

Comment savez-vous si vous avez IBS ?

Un ensemble de critères de symptômes spécifiques (appelés par les médecins les critères de Rome) a été développé pour aider les médecins à diagnostiquer le SCI.

SCI peut-il vous tuer?

Non. Le SCI est une maladie chronique (à long terme), mais gérable. Au fil du temps, les symptômes du SCI ne s’aggravent généralement pas et, avec un plan de traitement efficace, jusqu’à un tiers des patients atteints du SCI peuvent éventuellement devenir asymptomatiques.

Y a-t-il des complications du SCI ?

Bien que le SCI puisse causer de la douleur et du stress, il ne cause aucun dommage permanent à l’intestin ni ne mène au cancer ou à toute autre maladie grave.

Existe-t-il un régime SCI ?

L’un des régimes les plus couramment recommandés par les professionnels de la santé pour soulager les symptômes du SCI est le régime FODMAP. Les glucides fermentescibles (également connus sous le nom de FODMAP) sont de petites molécules de glucides (sucre) que l’on trouve dans les aliments de tous les jours et qui peuvent être mal absorbées dans l’intestin grêle de certaines personnes. Les FODMAP sont fermentés (digérés) par des bactéries intestinales, ce qui peut entraîner des symptômes de douleurs abdominales, d’excès de gaz, de constipation et/ou de diarrhée. Suivre un régime pauvre en FODMAP peut aider à réduire les symptômes gastro-intestinaux chez 75 % des patients atteints du SCI.

Les probiotiques aideront-ils mon SCI ?

Si d’autres stratégies diététiques n’ont pas réussi à soulager vos symptômes, un essai d’un probiotique (à la dose recommandée) peut être utile. Cependant, les probiotiques ne sont pas des médicaments ! Ils sont disponibles à l’achat sous forme de capsules, de comprimés ou de poudres, et peuvent également être trouvés dans certains yogourts enrichis et produits laitiers fermentés. Cependant, tous les probiotiques ne sont pas identiques. Il est important de choisir un produit dont l’innocuité a été prouvée et qui offre des avantages pour les symptômes spécifiques que vous souhaitez soulager. Discutez avec votre médecin ou votre pharmacien du probiotique qui vous convient le mieux.

Existe-t-il d’autres façons de gérer SCI ?

Il existe des médicaments approuvés au Canada pour le SCI (en vente libre ou sur ordonnance) qui peuvent également soulager vos symptômes. L’huile de menthe poivrée est une option de traitement relativement nouvelle qui a récemment été confirmée dans un essai clinique. La menthe poivrée peut détendre les muscles, soulager l’hypersensibilité dans les intestins et moduler la douleur dans le SCI.

IBgard est une nouvelle capsule testée cliniquement remplie de minuscules perles d’huile de menthe poivrée, utilisant une technologie appelée SST (Site Specific Targeting). C’est le seul produit de ce type sur le marché à avoir fait l’objet d’un essai clinique. Il s’est avéré efficace et sûr pour soulager les symptômes chez les patients atteints d’IBS-M et de SCI-D modérés à sévères.

Ce produit est facilement accessible et disponible sur le comptoir. Les patients testés ont constaté un soulagement des symptômes au cours des 24 heures et un soulagement continu sur une période de 3 à 4 semaines.

En quoi le SCI est-il différent de le MICI ?

Bien que les deux maladies puissent être gravement débilitantes, il existe plusieurs différences principales entre les maladies inflammatoires de l’intestin (MICI) et le syndrome du côlon irritable (SCI). Le MICI est une maladie auto-immune qui provoque un gonflement et des ulcérations (plaies) dans l’intestin. Le SCI implique des problèmes de motilité (comment l’intestin déplace le contenu dans nos intestins) et de sensibilité (comment le cerveau interprète les sensations dans l’intestin). Les symptômes de le SCI peuvent augmenter et diminuer et éventuellement disparaître complètement alors que le MICI est une maladie chronique.

Articles Liés :

Voir toutes les nouvelles et articles

man with ibs on toilet

Le SCI-C : À quoi ça ressemble? Comment savoir si je souffre du SCI-C?

Comment traiter et gérer le syndrome du côlon irritable avec constipation (SCI-C)?

Dysbiose et syndrome du côlon irritable (SCI)

yoga class

L’importance de gérer le stress pour les personnes qui souffrent du SCI

Women pondering with question marks

Questions les plus fréquentes sur l’IBS : réponses !

Pensez-vous souffrir du syndrome du côlon irritable (SCI)?

Comment gérer le syndrome du côlon irritable? Animation

CDHF Talks: Syndrome du côlon irritable (SCI) et microbiome de l’intestin

Les faits sur la diarrhée du voyageur

computer

Les dernières approches cliniques pour le traitement et la prise en charge du syndrome du côlon irritable (SCI)

behavioural therapy

Saviez-vous que le Canada présente l’un des taux les plus élevés de syndrome du côlon irritable (SCI)

Comment une infection intestinale peut mener au syndrome du côlon irritable (SCI)

lab dishes

La nouvelle bactérie en ville : un lien potentiel entre la bactérie Brachyspira et le SCI

Mon long voyage compliqué avec mon intestin et SCI

Maladie cœliaque vs syndrome du côlon irritable (SCI)

alcohol

SCI et alcool

stack of toilet paper

TRULANCE(MD) (comprimés de plécanatide) pour le syndrome du côlon irritable avec constipation chez les adultes est maintenant disponible pour les Canadiens

Bio-K+ IBS Pro

Bio-K+ SCI Pro – Avis sur les produits certifiés FCSD

IB Gard box on kitchen counter

IBgard® – Avis sur les produits certifiés FCSD