Le reflux gastro-œsophagien pathologique (RGO)

Le reflux gastro-œsophagien pathologique (RGO)

Qu’est-ce que le RGO?

Le reflux gastro-œsophagien pathologique (RGO) est le résultat d’un trouble du mécanisme de la valve entre l’œsophage et l’estomac. La valve, ou sphincter œsophagien inférieur, s’ouvre pendant la déglutition pour laisser la nourriture entrer dans l’estomac et se referme ensuite pour empêcher la nourriture et les sécrétions de l’estomac de remonter dans l’œsophage. Lorsque le sphincter ne se referme pas correctement, le contenu de l’estomac, qui est acide et contient des sécrétions digestives, peut remonter dans l’œsophage. Ce reflux de nourriture, d’acides et de pepsine (enzyme digestive) peut endommager les muqueuses de l’œsophage et causer des brûlures d’estomac. Le RGO est un trouble courant qui touche grandement la communauté. Au Canada, les personnes souffrant de symptômes du RGO s’absentent de leur travail pendant 16 % de l’année, ce qui représente des coûts de 21 milliards de dollars ou 1,7 milliard d’heures de travail perdues chaque année. En moyenne, cinq millions de Canadiens souffrent de brûlures d’estomac ou de régurgitation acide au moins une fois par semaine. Le reflux est fréquent pendant la grossesse et un quart des femmes enceintes ont des brûlures d’estomac tous les jours. Des études récentes montrent que le RGO chez les nourrissons et les enfants est plus fréquent que ce que l’on pensait auparavant, et qu’il peut entraîner des vomissements répétés, des retards de croissance, de la toux et des problèmes respiratoires. Le reflux gastro-œsophagien pathologique (RGO)

Comment puis-je prévenir le RGO?

Changements dans les habitudes de vie et alimentaires

Votre médecin vous recommandera généralement de changer vos habitudes de vie et alimentaires pour réduire ou soulager les symptômes du RGO et contribuer à réduire les reflux acides et les lésions potentielles aux muqueuses de l’œsophage. Les changements suggérés peuvent comprendre les suivants :
  • Éviter les aliments et les boissons connus pour diminuer la pression du sphincter œsophagien inférieur comme le chocolat, la menthe, les aliments frits ou gras, le café et l’alcool.
  • Éviter les aliments épicés ou contenant des acides pouvant irriter les muqueuses de l’œsophage.
  • Manger des repas légers et fréquents plutôt que de gros repas.
  • Ne rien manger et boire peu ou pas dans les trois ou quatre heures précédant le coucher.
  • Surélever la tête de lit ou le haut du corps à l’aide d’un coussin angulaire.
  • Atteindre et maintenir un poids idéal.
  • Cesser de fumer.

Signes et symptômes du RGO

Tout le monde a probablement déjà été aux prises avec des symptômes comme les reflux acides, les douleurs à la poitrine, la toux ou le mal de gorge; cependant, si ces symptômes deviennent chroniques, ils peuvent être dus au RGO. Si vous commencez à avoir des reflux acides excessifs ou quotidiens, particulièrement s’ils sont accompagnés de maux de gorge et d’une toux persistante, vous devriez parler du RGO à votre médecin. Bien que les symptômes du RGO puissent être désagréables, les symptômes plus inquiétants ne sont généralement pas associés au RGO et peuvent être le signe d’autres soucis de santé plus graves. Consultez un professionnel de la santé si vous remarquez un changement dans vos symptômes ou que vous présentez l’un des symptômes suivants :
  • Perte de poids soudaine
  • Brûlures d’estomac fréquentes
  • Difficulté à avaler ou sensation de nourriture prise dans la poitrine
  • Nausées
  • Vomissements
  • Sang dans les selles (noir ou rouge)
  • Anémie
Cliquez ici pour télécharger un document de suivi des symptômes liés au reflux gastro-œsophagien pathologique.

Dépistage et traitement

Avant de traiter le RGO, vous devez recevoir un diagnostic. La plupart du temps, les symptômes à eux seuls suffisent au médecin pour diagnostiquer le RGO. Si les symptômes répondent au traitement rapidement, il n’est généralement pas nécessaire de faire plus d’analyses. Cependant, si l’amélioration est lente ou que les symptômes persistent, un traitement à long terme et des tests diagnostiques, comme ceux listés ci-dessous, peuvent être nécessaires.
  • Endoscopie : Ce test sans danger consiste à introduire un tube mince et flexible (endoscope) équipé d’une lampe et d’une minuscule caméra dans l’œsophage. L’endoscope permet au médecin d’examiner l’œsophage et l’estomac et de collecter des échantillons de tissus (biopsies) pour les examiner au microscope.
  • Lavement baryté : (tractus gastro-intestinal supérieur) : Une boisson au baryum tapisse les parois du tube digestif pour qu’il soit visible sur les radiographies. Les radiographies permettent au médecin de voir l’œsophage, l’estomac et l’intestin grêle et de repérer les zones endommagées ou enflammées.
  • pHmétrie sur 24 heures : Un petit tube (cathéter) équipé d’un ou de deux capteurs de pH est positionné dans l’œsophage. Le capteur surveille l’acidité dans l’œsophage sur une période de 24 heures et les données sont stockées sur un petit enregistreur porté autour de la taille à des fins d’analyse ultérieure.
  • PHmétrie par capsule : Une capsule équipée d’un capteur de pH est placée dans l’œsophage. Le capteur surveille l’acidité dans l’œsophage sur une période pouvant aller jusqu’à 96 heures et les données sont stockées sur un petit enregistreur porté autour de la taille à des fins d’analyse ultérieure.
Étude de la motilité œsophagienne : Un petit tube (cathéter) équipé de capteurs est positionné dans l’œsophage. Pendant ce test, les capteurs mesurent le mouvement et la pression de l’œsophage et sont capables de déterminer si le sphincter œsophagien inférieur fonctionne correctement. Pour plus de renseignements sur les types d’outils utilisés pour le diagnostic, cliquez ici.

Traitement du RGO

Une fois le traitement commencé, vos symptômes de RGO devraient devenir moins fréquents et moins intenses. Cependant, dans certains cas, les symptômes de reflux peuvent être aggravés par une motilité anormale ou d’autres problèmes de santé comme la gastrite à Helicobacter pylori (une bactérie courante pouvant causer une inflammation de l’estomac et des ulcères gastroduodénaux), la maladie cœliaque (intolérance au blé ou au gluten), le diabète sucré, la gastroparésie (vidange gastrique retardée), les calculs biliaires ou la pancréatite (inflammation du pancréas).    Si vos symptômes persistent, parlez-en à votre médecin, car des analyses supplémentaires seront peut-être nécessaires afin d’éliminer d’autres causes possibles, des complications ou d’autres options de traitement.  

Gestion du RGO

Gérer le reflux gastro-œsophagien pathologique (RGO) En plus de votre médication, votre médecin peut vous recommander des changements dans vos habitudes de vie et vos habitudes alimentaires, qui contribuent grandement à la gestion du RGO. Atteindre et maintenir un poids santé, manger des repas légers et fréquents, surélever le haut du corps pendant le sommeil, éviter certains aliments et ne pas fumer sont des comportements pouvant réduire les reflux et l’inconfort associés aux symptômes du RGO.

Gestion du RGO Gérer le reflux gastro-œsophagien pathologique (RGO)

En plus de votre médication, votre médecin peut vous recommander des changements dans vos habitudes de vie et vos habitudes alimentaires, qui contribuent grandement à la gestion du RGO. Atteindre et maintenir un poids santé, manger des repas légers et fréquents, surélever le haut du corps pendant le sommeil, éviter certains aliments et ne pas fumer sont des comportements pouvant réduire les reflux et l’inconfort associés aux symptômes du RGO. GERD Disease Management

Questions à poser à votre médecin

Créez une liste de trois à six questions à poser à votre médecin lors de votre rendez-vous. Voici des exemples de questions que vous pourriez poser :
  1. Pensez-vous que je souffre de RGO?
  2. Quels tests diagnostiques dois-je passer?
  3. Quelle est la gravité de mon état?
  4. Suis-je à risque de complications supplémentaires?
  5. Pourrait-il y avoir d’autres causes pour mon état?
  6. D’après vous, quelle est la cause de mes symptômes?
  7. Quels changements puis-je apporter à mes habitudes de vie ou alimentaires pour améliorer mon état?
  8. Quel traitement me recommandez-vous d’essayer en premier?
  9. Les tests nécessitent-ils une préparation particulière?
  10. Quelles sont les options de traitement pour le RGO?
  11. Mes antécédents médicaux limitent-ils certaines de mes options de traitement?
  12. Les médicaments en vente libre peuvent-ils être bénéfiques? Si oui, lesquels recommandez-vous?
  13. Les médicaments sur ordonnance sont-ils plus bénéfiques? Pourquoi?
  14. Pendant combien de temps dois-je m’attendre à prendre ce médicament?
  15. Devrais-je être dirigé vers un gastroentérologue?
  16. Suis-je à risque d’œsophage de Barrett?
  17. Devrais-je envisager de passer des tests pour l’œsophage de Barrett?
Il est important de communiquer avec votre médecin pour la gestion du RGO. Garder une communication ouverte permet à votre professionnel de la santé de suivre vos symptômes de près et de déterminer quelles solutions adopter pour éviter que vos symptômes ne causent l’œsophage de Barrett, qui est le plus grand facteur de risque de cancer de l’œsophage. De plus, jusqu’à 15 % des personnes souffrant de RGO développent ensuite l’œsophage de Barrett. Assurez-vous d’établir un plan de traitement avec votre médecin, de passer des tests régulièrement et de signaler à votre médecin tout nouveau symptôme et toute aggravation.

Statistiques relatives au RGO

  • Le RGO est caractérisé par des brûlures d’estomac et des régurgitations acides, lorsque le contenu de l’estomac remonte dans l’œsophage.
  • Les symptômes du RGO sont très courants dans la communauté (de 2,5 à plus de 25 %) (Savarino et coll., 2017).
  • La prévalence du RGO est difficile à établir à cause de l’absence de définition standardisée et universellement acceptée.
  • En Amérique du Nord, la prévalence du RGO est estimée à 15 % (Eusebi et coll., 2018).
  • Le RGO a des conséquences sociétales néfastes et une incidence négative sur la qualité de vie et la productivité au travail (résumé infographique sur le RGO[/caption], Hunt et coll., 2017).
  • Les inhibiteurs de la pompe à protons sont l’un des médicaments permettant de diminuer l’acidité gastrique et de soulager les symptômes du RGO. Ils font partie des médicaments les plus prescrits au Canada. En 2012, ils ont été prescrits plus de 11 millions de fois à travers le pays (Farrell et coll., 2017).
  • En 2017, les régimes publics d’assurance médicaments ont dépensé 198,2 millions de dollars en inhibiteurs de la pompe à protons au Canada, les classant au septième rang des dépenses de ces régimes (Institut canadien d’information sur la santé, 2017).
  • Une étude canadienne a estimé que les patients atteints de RGO perdent 16 % de leur temps de travail à cause de leurs symptômes (Fedorak et coll., 2010).

Références Institut canadien d’information sur la santé, Dépenses en médicaments prescrits au Canada, 2017 : Regard sur les régimes publics d’assurance médicaments, Ottawa (Ontario), 2017 : https://secure.cihi.ca/free_products/pdex2017-report-fr.pdf [consulté le 3 septembre 2018]
  • H. Eusebi et coll., « Global prevalence of, and risk factors for, gastro-oesophageal reflux symptoms: a meta-analysis », Gut, vol. 67, no3 (mars 2018), p. 430-440.
  • Farrell et coll., « Deprescribing proton pump inhibitors: Evidence-based clinical practice guideline », Canadian Family Physician, vol. 63, no5 (mai 2017), p. 354-364.
  • N. Fedorak et coll., « Canadian Digestive Health Foundation Public Impact Series: Gastroesophageal reflux disease in Canada: Incidence, prevalence, and direct and indirect economic impact », Canadian Journal of Gastroenterology, vol. 24, no7 (juillet 2010), p. 431-434.
  • Hunt et coll., « World Gastroenterology Organisation Global Guidelines: GERD global perspective on gastroesophageal reflux disease », Journal of Clinical Gastroenterology, vol. 51, no6 (juillet 2017), p. 467-478.
  • Savarino et coll., « The natural history of gastro-esophageal reflux disease: A comprehensive review », Diseases of the Esophagus, vol. 30, no2 (1er février 2017), p. 1-9.
Servez-vous de ce résumé infographique pour en apprendre plus sur le RGO et son lien avec l’œsophage de Barrett et le cancer de l’œsophage.

Suivi des symptômes liés au reflux gastro-œsophagien pathologique

Imprimez ce suivi des symptômes liés au RGO et apportez-le lors de votre prochaine visite chez le médecin. Il vous aidera à trouver un plan de traitement adapté.

RGO Infographic

Foire aux questions sur le RGO

 
Qu’est-ce que le RGO?
Le RGO provoque le reflux du contenu gastrique (nourriture ou liquide) jusqu’à l’œsophage (conduit réunissant la bouche à l’estomac). Ce reflux peut irriter l’œsophage et causer des brûlures d’estomac et d’autres symptômes.  
Quels en sont les symptômes?
  Les symptômes communs du RGO comprennent les brûlures d’estomac chroniques (sensation de brûlure dans la poitrine) et la régurgitation. Parmi les symptômes moins communs se retrouvent la toux chronique, les maux de gorge et la voix enrouée.  
Qui est à risque?
  Les personnes à risque de RGO comprennent les hommes et les personnes ayant des antécédents familiaux de symptômes gastro-intestinaux. L’obésité peut multiplier par six le risque de RGO. La hernie hiatale, le tabagisme, la grossesse, la sclérodermie et la consommation excessive d’alcool sont également des facteurs de risque.  
Combien de personnes souffrent de RGO?
Le RGO touche un adulte canadien sur six.  
Comment diagnostique-t-on le RGO?
Le RGO est souvent diagnostiqué en fonction des symptômes et de la réponse au traitement anti-reflux. Pourtant, les symptômes ne suffisent pas à eux seuls pour diagnostiquer le RGO, et des examens sont nécessaires pour établir un diagnostic définitif. Des études cliniques ont révélé qu’un patient sur trois prenant des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ne souffrait pas de RGO. Si vous recevez un diagnostic de RGO reposant sur vos symptômes, prenez des IPP régulièrement et si vous présentez toujours des symptômes de reflux, discutez avec un gastroentérologue de la possibilité d’effectuer une pHmétrie.  
Certains troubles médicaux sont-ils associés au RGO?
Le surpoids est un facteur aggravant, car il augmente la pression intraabdominale. Les patients atteints de diabète depuis longtemps peuvent développer une diminution de la vidange gastrique due à une lésion nerveuse dans l’estomac. Cela peut aussi survenir à la suite de certaines interventions chirurgicales gastriques. Les ulcères ou les cancers empêchant la vidange de l’estomac peuvent causer des reflux. Certains médicaments peuvent aussi contribuer au reflux. La sclérodermie est un problème rhumatologique pouvant entraîner des reflux à cause d’une mauvaise vidange œsophagienne et d’une diminution de la pression du sphincter œsophagien inférieur.  
Le reflux peut-il causer un cancer?
Parmi les patients souffrant de RGO, 15 % développent l’œsophage de Barrett, qui altère la muqueuse de l’œsophage jusqu’à ce qu’elle s’apparente plutôt à la muqueuse de l’intestin. Une gastroscopie avec des biopsies de l’œsophage est le seul moyen d’établir avec certitude un diagnostic d’œsophage de Barrett. Il n’existe pas de symptômes propres à l’œsophage de Barrett et le risque de développer un cancer est très faible dans le cas de l’œsophage de Barrett.  
Les médicaments pour le RGO guérissent-ils le reflux acide?
  Ces médicaments sont très efficaces pour soulager les reflux. Cependant, ils ne guérissent pas la maladie. Les médicaments agissent pour diminuer la production d’acide par l’estomac. Si vous arrêtez le traitement, l’estomac retrouve sa capacité de production d’acide habituelle. Les brûlures d’estomac recommenceront si le traitement est interrompu. Si les mesures de changement des habitudes de vie ne suffisent pas à maîtriser les symptômes, un traitement à long terme peut alors être nécessaire. Cela peut consister à prendre les médicaments lorsque les symptômes apparaissent ou à prendre des médicaments tous les jours.  
Souffrir de RGO pendant longtemps peut-il entraîner des risques pour d’autres maladies?
Certaines personnes peuvent ressentir des effets du reflux acide ailleurs que dans l’œsophage. Ce sont des symptômes extraœsophagiens. Il arrive parfois que l’acide remonte jusque dans la gorge et vers les cordes vocales, ce qui peut causer des changements dans la voix, un enrouement, des maux de gorge ou encore une sensation de boule dans la gorge. Si l’acide se rend jusque dans les poumons, il peut causer de la toux, de l’asthme ou des infections. Ces symptômes sont parfois le principal problème lié au reflux, et il est possible que les personnes atteintes ne ressentent pas de sensations de brûlure dans la poitrine ou la gorge. Certaines personnes développent une maladie connue sous le nom d’œsophage de Barrett caractérisée par des lésions graves aux cellules tapissant la partie inférieure de l’œsophage. Les médecins croient que l’œsophage de Barrett peut augmenter le risque de développer un cancer de l’œsophage.  
Je suis enceinte et je souffre de RGO. Est-ce normal?
  Le reflux est très fréquent pendant la grossesse. Le fœtus augmente la pression abdominale et les hormones de grossesse peuvent diminuer la pression du sphincter œsophagien inférieur. De plus, si l’estomac ne se vide pas correctement à cause d’un problème de motilité ou d’un blocage, le risque de reflux acide dans l’œsophage est plus élevé.  
Je souffre de RGO. Y a-t-il des complications dont je devrais avoir connaissance avant d’envisager l’intervention chirurgicale?
  Des complications surviennent chez 5 à 10 % des patients. Parmi les complications : valve trop serrée entraînant des problèmes de déglutition, blessures accidentelles à la rate rendant son ablation nécessaire, formation d’une hernie postopératoire entraînant de la diarrhée, incapacité à éructer ou relâchement de la valve au fil du temps, causant le retour du reflux et exigeant la prise de médicaments.  
Je souffre de RGO. À quel moment devrais-je envisager l’intervention chirurgicale?
  L’intervention chirurgicale peut être bénéfique dans certaines circonstances lorsque les personnes ont des sensations de brûlure rétrosternale ainsi que des symptômes extraœsophagiens comme la toux, l’asthme, les changements dans la voix ou les infections pulmonaires, malgré une double dose d’inhibiteurs de la pompe à protons. Il est important de confirmer la présence accrue d’acide dans l’œsophage à l’aide d’une pHmétrie. L’intervention chirurgicale peut être bénéfique chez les personnes aux prises avec des régurgitations de fluide problématiques. Certains patients répondent bien à la prise de médicaments, mais ressentent des effets secondaires, trouvent les médicaments trop chers ou souhaitent simplement ne plus en prendre. Ces personnes verraient aussi des avantages à l’intervention chirurgicale. Les personnes ressentant toujours les symptômes malgré deux doses quotidiennes d’inhibiteurs de la pompe à protons et un résultat normal à la pHmétrie sur 24 heures devraient passer des tests pour d’autres problèmes n’étant pas liés au reflux acide.
Close

Where are you experiencing discomfort?

Click on the buttons on the body to the left or click from the list below where you are experiencing discomfort.