Le reflux gastro-œsophagien pathologique (RGO)

Statistiques relatives au RGO

  • Le RGO est caractérisé par des brûlures d’estomac et des régurgitations acides, lorsque le contenu de l’estomac remonte dans l’œsophage.
  • Les symptômes du RGO sont très courants dans la communauté (de 2,5 à plus de 25 %) (Savarino et coll., 2017).
  • La prévalence du RGO est difficile à établir à cause de l’absence de définition standardisée et universellement acceptée.
  • En Amérique du Nord, la prévalence du RGO est estimée à 15 % (Eusebi et coll., 2018).
  • Le RGO a des conséquences sociétales néfastes et une incidence négative sur la qualité de vie et la productivité au travail (résumé infographique sur le RGO[/caption], Hunt et coll., 2017).
  • Les inhibiteurs de la pompe à protons sont l’un des médicaments permettant de diminuer l’acidité gastrique et de soulager les symptômes du RGO. Ils font partie des médicaments les plus prescrits au Canada. En 2012, ils ont été prescrits plus de 11 millions de fois à travers le pays (Farrell et coll., 2017).
  • En 2017, les régimes publics d’assurance médicaments ont dépensé 198,2 millions de dollars en inhibiteurs de la pompe à protons au Canada, les classant au septième rang des dépenses de ces régimes (Institut canadien d’information sur la santé, 2017).
  • Une étude canadienne a estimé que les patients atteints de RGO perdent 16 % de leur temps de travail à cause de leurs symptômes (Fedorak et coll., 2010).

Références

Institut canadien d’information sur la santé, Dépenses en médicaments prescrits au Canada, 2017 : Regard sur les régimes publics d’assurance médicaments, Ottawa (Ontario), 2017 : https://secure.cihi.ca/free_products/pdex2017-report-fr.pdf [consulté le 3 septembre 2018]

  • H. Eusebi et coll., « Global prevalence of, and risk factors for, gastro-oesophageal reflux symptoms: a meta-analysis », Gut, vol. 67, no3 (mars 2018), p. 430-440.
  • Farrell et coll., « Deprescribing proton pump inhibitors: Evidence-based clinical practice guideline », Canadian Family Physician, vol. 63, no5 (mai 2017), p. 354-364.
  • N. Fedorak et coll., « Canadian Digestive Health Foundation Public Impact Series: Gastroesophageal reflux disease in Canada: Incidence, prevalence, and direct and indirect economic impact », Canadian Journal of Gastroenterology, vol. 24, no7 (juillet 2010), p. 431-434.
  • Hunt et coll., « World Gastroenterology Organisation Global Guidelines: GERD global perspective on gastroesophageal reflux disease », Journal of Clinical Gastroenterology, vol. 51, no6 (juillet 2017), p. 467-478.
  • Savarino et coll., « The natural history of gastro-esophageal reflux disease: A comprehensive review », Diseases of the Esophagus, vol. 30, no2 (1er février 2017), p. 1-9.

Servez-vous de ce résumé infographique pour en apprendre plus sur le RGO et son lien avec l’œsophage de Barrett et le cancer de l’œsophage.

Suivi des symptômes liés au reflux gastro-œsophagien pathologique

Imprimez ce suivi des symptômes liés au RGO et apportez-le lors de votre prochaine visite chez le médecin. Il vous aidera à trouver un plan de traitement adapté.

Statistiques relatives au RGO

  • Le RGO est caractérisé par des brûlures d’estomac et des régurgitations acides, lorsque le contenu de l’estomac remonte dans l’œsophage.
  • Les symptômes du RGO sont très courants dans la communauté (de 2,5 à plus de 25 %) (Savarino et coll., 2017).
  • La prévalence du RGO est difficile à établir à cause de l’absence de définition standardisée et universellement acceptée.
  • En Amérique du Nord, la prévalence du RGO est estimée à 15 % (Eusebi et coll., 2018).
  • Le RGO a des conséquences sociétales néfastes et une incidence négative sur la qualité de vie et la productivité au travail (résumé infographique sur le RGO[/caption], Hunt et coll., 2017).
  • Les inhibiteurs de la pompe à protons sont l’un des médicaments permettant de diminuer l’acidité gastrique et de soulager les symptômes du RGO. Ils font partie des médicaments les plus prescrits au Canada. En 2012, ils ont été prescrits plus de 11 millions de fois à travers le pays (Farrell et coll., 2017).
  • En 2017, les régimes publics d’assurance médicaments ont dépensé 198,2 millions de dollars en inhibiteurs de la pompe à protons au Canada, les classant au septième rang des dépenses de ces régimes (Institut canadien d’information sur la santé, 2017).
  • Une étude canadienne a estimé que les patients atteints de RGO perdent 16 % de leur temps de travail à cause de leurs symptômes (Fedorak et coll., 2010).

Références Institut canadien d’information sur la santé, Dépenses en médicaments prescrits au Canada, 2017 : Regard sur les régimes publics d’assurance médicaments, Ottawa (Ontario), 2017 : https://secure.cihi.ca/free_products/pdex2017-report-fr.pdf [consulté le 3 septembre 2018]
  • H. Eusebi et coll., « Global prevalence of, and risk factors for, gastro-oesophageal reflux symptoms: a meta-analysis », Gut, vol. 67, no3 (mars 2018), p. 430-440.
  • Farrell et coll., « Deprescribing proton pump inhibitors: Evidence-based clinical practice guideline », Canadian Family Physician, vol. 63, no5 (mai 2017), p. 354-364.
  • N. Fedorak et coll., « Canadian Digestive Health Foundation Public Impact Series: Gastroesophageal reflux disease in Canada: Incidence, prevalence, and direct and indirect economic impact », Canadian Journal of Gastroenterology, vol. 24, no7 (juillet 2010), p. 431-434.
  • Hunt et coll., « World Gastroenterology Organisation Global Guidelines: GERD global perspective on gastroesophageal reflux disease », Journal of Clinical Gastroenterology, vol. 51, no6 (juillet 2017), p. 467-478.
  • Savarino et coll., « The natural history of gastro-esophageal reflux disease: A comprehensive review », Diseases of the Esophagus, vol. 30, no2 (1er février 2017), p. 1-9.
Servez-vous de ce résumé infographique pour en apprendre plus sur le RGO et son lien avec l’œsophage de Barrett et le cancer de l’œsophage.

Suivi des symptômes liés au reflux gastro-œsophagien pathologique

Imprimez ce suivi des symptômes liés au RGO et apportez-le lors de votre prochaine visite chez le médecin. Il vous aidera à trouver un plan de traitement adapté.

Close

Where are you experiencing discomfort?

Click on the buttons on the body to the left or click from the list below where you are experiencing discomfort.