La nouvelle bactérie en ville : un lien potentiel entre la bactérie Brachyspira et le SCI

Share

Cette ressource a été rendue possible grâce à une subvention éducative sans restriction offerte par IBgard®.

La nouvelle bactérie en ville : un lien potentiel entre la bactérie Brachyspira et le SCI. Le syndrome du côlon irritable (SCI) est un trouble qui suscite depuis toujours l’intérêt de la communauté scientifique et sur lequel on en apprend continuellement. Chaque nouvelle information recueillie nous rapproche d’une solution pour en éradiquer les symptômes!

Quoi de neuf dans la communauté médicale?

Récemment, des chercheurs allemands de l’Université de Göteborg ont remarqué la présence d’un type étrange de bactérie dans les intestins – un type que l’on ne retrouve habituellement pas à cet endroit. Cette bactérie est appelée Brachyspira, et une nouvelle étude a révélé une corrélation entre les personnes atteintes de SCI (en particulier celles présentant de la diarrhée comme symptôme) et la présence de cette bactérie (Université de Göteborg, 2020).

Cette bactérie est plutôt futée; elle se cache sous la couche de mucus qui protège la surface de l’intestin des bactéries fécales. Essentiellement, elle s’enfouit pour se protéger. Pour cette raison, les chercheurs en sont venus à la conclusion que la méthode habituelle d’analyse de la flore intestinale (à l’aide d’échantillons fécaux – oui, des excréments) était insuffisante, car les échantillons ne permettent pas de détecter de Brachyspira. Ils ont plutôt dû creuser un peu plus profondément, en effectuant des biopsies intestinales pour analyser les protéines bactériennes.

Un bref aperçu du SCI

De façon générale, entre 5 et 10 % des adultes présentent des symptômes liés au SCI, les plus courants étant des douleurs ou un inconfort abdominaux. De plus, un grand nombre de personnes souffrent également de diarrhée, en alternance avec des épisodes de constipation (Université de Göteborg, 2020).

Le SCI est un trouble fonctionnel intestinal, c’est-à-dire que nous savons que les intestins ne fonctionnent pas comme ils le devraient. Cela signifie également qu’il n’y a pas d’indicateurs visibles (plaies ou polypes le long de la paroi intestinale) comme ce serait le cas pour d’autres maladies digestives. Dans le cas du SCI, seuls les symptômes du patient permettent d’émettre un diagnostic.

L’étude menée par l’Université de Göteborg a été basée sur des échantillons de tissus prélevés sur des patients souffrant de SCI ainsi que sur des volontaires sains servant de témoins dans l’étude. La bactérie Brachyspira était présente dans l’intestin d’environ un tiers de tous les patients atteints de SCI. Cette découverte peut sembler anodine au premier coup d’œil, mais elle aura permis de relever un détail important : la bactérie n’était présente chez aucun des volontaires sains (qui ne sont pas atteints de SCI).

Quelles sont les options de traitement?

Puisque la bactérie Brachyspira est pathogène, le traitement par antibiotiques semble être une solution évidente. Toutefois, une étude pilote visant à traiter les patients atteints de SCI porteurs de la bactérie Brachyspira à l’aide d’antibiotiques a échoué. Cela ne devrait pourtant pas nous surprendre – souvenez-vous, nous avons établi plus tôt que la bactérie Brachyspira est sournoise! Il s’avère que la bactérie Brachyspira ne se cache pas simplement sous la couche muqueuse intestinale. En fait, il a été démontré qu’elle se réfugie à l’intérieur des cellules caliciformes intestinales (cellules qui sécrètent du mucus et protègent la paroi intestinale). Par conséquent, tout traitement qui ne parvient pas à pénétrer cette couche ne fonctionnera pas!

Si toutefois des études plus approfondies arrivaient à confirmer l’association entre les symptômes de SCI et la bactérie Brachyspira, d’autres traitements par antibiotiques et probiotiques pourraient voir le jour.  Comme l’étude montre que les patients qui présentent cette bactérie développent une inflammation intestinale semblable à une réaction allergique, on pourrait également considérer les médicaments contre les allergies ou les modifications alimentaires comme des options thérapeutiques potentielles. Les chercheurs de l’Université de Göteborg prévoient explorer cette avenue dans le cadre d’études ultérieures; nous vous en tiendrons informés!


Références

Université de Göteborg. (25 novembre 2020). Specific bacterium in the gut linked to irritable bowel syndrome (IBS). ScienceDaily. Extrait le 8 mars 2021 de : www.sciencedaily.com/releases/2020/11/201125135140.htm