Gestion de l’allergie au lait de vache (ALV)

Étiquettes :

Share

Cette ressource a été rendue possible grâce à un parrainage de Nutricia.

Gestion de l’allergie au lait de vache (ALV) chez les bébés nourris au sein ou au lait artificiel – Proctocolite allergique induite par les protéines alimentaires : PAIP

L’allergie au lait de vache (ALV) est une réaction allergique à une ou plusieurs protéines présentes dans le lait de vache et les produits laitiers. Souvent confondue avec l’intolérance au lactose, l’ALV est l’une des allergies alimentaires les plus courantes chez les nourrissons et les jeunes enfants. En fait, l’ALV est une réaction à la ou les PROTÉINE(S) du lait impliquant le système immunitaire, tandis que l’intolérance au lactose est une intolérance à un SUCRE (le lactose) du lait et n’implique pas le système immunitaire (2). Il existe généralement trois types d’ALV. Cet article se concentre sur un type d’ALV non IgE-médiée : la proctocolite allergique induite par les protéines alimentaires (PAIP).

Si votre bébé a présenté des symptômes d’ALV et qu’il a reçu un diagnostic depuis, il existe des moyens de gérer l’ALV! Ces moyens varient selon que votre bébé est nourri au sein ou au lait artificiel, et nous avons décrit les stratégies ci-dessous.

Bébés nourris exclusivement au sein

Si votre bébé a reçu un diagnostic d’ALV, la bonne nouvelle est que la maman peut continuer à l’allaiter. Toutefois, il est recommandé que la maman supprime totalement le lait de son alimentation pendant au moins deux semaines (3). 10 à 15 % des bébés font également une réaction aux protéines de soja, il est donc souvent recommandé d’éliminer le soja en même temps (5). Après l’élimination, les symptômes de reflux et de régurgitation chez le bébé devraient s’améliorer dans les trois à cinq jours, tandis que les selles sanglantes et molles peuvent prendre jusqu’à deux semaines pour disparaître. Il est important de noter que les symptômes peuvent ne pas disparaître complètement en deux semaines, mais qu’il devrait y avoir des améliorations.

Si, après deux semaines, les symptômes n’ont pas changé, la famille doit consulter son médecin pour discuter des sources cachées de lait ou de soja dans l’alimentation de la mère ou du bébé, et pour évaluer la présence d’autres allergènes potentiels. La consultation d’un diététicien peut être particulièrement utile pour s’assurer que la mère conserve une alimentation optimale pendant le régime d’élimination.
 

Bébés nourris au lait artificiel

Lors de la prise en charge de l’ALV chez les bébés nourris au lait maternisé, les préparations traditionnelles sont remplacées par des préparations hypoallergéniques fortement hydrolysées préparations hypoallergéniques fortement hydrolysées. Les composants protéiques de ces préparations sont décomposés de manière à ce que le système immunitaire n’y réagisse pas. Alimentum et Nutramigen sont deux préparations hypoallergéniques fortement hydrolysées disponibles au Canada. Attention aux préparations contenant des « protéines partiellement décomposées »; ces protéines ne sont pas suffisamment décomposées et ne conviennent pas aux bébés atteints d’ALV.

Lorsqu’on donne au bébé une préparation hypoallergénique fortement hydrolysée, il est recommandé que ce soit la seule préparation qu’il reçoive pendant au moins deux semaines (3). Les symptômes, y compris le reflux et la régurgitation, devraient s’améliorer dans les trois à cinq jours, et l’amélioration du sang dans les selles et des selles molles dans les deux semaines. Si votre médecin ne constate aucun changement dans les symptômes, il peut recommander de remplacer la préparation par une préparation à base d’acides aminés, dans laquelle les protéines sont décomposées en composants encore plus petits, appelés acides aminés. Il est rare que les bébés atteints d’ALV aient besoin d’une préparation à base d’acides aminés (3). Si votre bébé est à la fois allaité au sein et nourri au lait artificiel, la maman doit supprimer le lait de vache de son alimentation en plus d’utiliser la préparation hypoallergénique fortement hydrolysée. Si les symptômes ne se sont pas améliorés au bout de deux semaines, il est conseillé de consulter son médecin.

Les préparations à base de soja peuvent être données aux bébés âgés de plus de six mois qui ont reçu un diagnostic d’ALV, à condition que le bébé ne fasse pas également une réaction au soja. Le soja peut être donné en cas d’inquiétude concernant le goût des préparations hypoallergéniques fortement hydrolysées ou si leur prix pose problème. Les effets possibles des phytoestrogènes (hormones végétales) contenus dans le soja suscitent certaines inquiétudes, bien que les données soient très limitées (6). Par mesure de précaution, il n’est pas recommandé d’utiliser des préparations à base de soja pendant les 6 premiers mois de la vie ni chez les prématurés (6). Veillez à consulter votre diététicien ou votre médecin avant de donner à votre bébé une quelconque préparation alternative afin de vous assurer qu’elle correspond aux besoins alimentaires spécifiques de votre bébé et de garantir sa tolérance. 

Il est important de garder à l’esprit que l’ALV n’aura pas d’incidence sur la capacité de votre enfant à franchir les étapes de son développement si l’allergie est prise en charge. Une fois que les protéines du lait de vache sont éliminées et que le bébé reçoit une bonne alimentation et une bonne hydratation, il devrait pouvoir s’épanouir et grandir normalement!

Sauf indication contraire, les renseignements contenus dans cet article sont tirés de nos entretiens FCSD avec la Dre Lara Hart, gastro-entérologue pédiatrique, présentés ici.


Références :

  1. FCSD. (Décembre 2021). CDHF Talks: Cow’s Milk Allergy. Fondation Canadienne de la Santé Digestive. Consulté le 30 juillet 2022, à l’adresse suivante : https://cdhf.ca/fr/digestive-disorders/cows-milk-allergy/cdhf-talks-cows-milk-allergy/.
  2. Fiocchi, A., Brozek, J., Schünemann, H., Bahna, S. L., von Berg, A., Beyer, K., Bozzola, M., Bradsher, J., Compalati, E., Ebisawa, M., Guzman, M. A., Li, H., Heine, R. G., Keith, P., Lack, G., Landi, M., Martelli, A., Rancé, F., Sampson, H., Vieths, S. (2010). World Allergy Organization (WAO) Diagnosis and Rationale for Action against Cow’s Milk Allergy (DRACMA) Guidelines. World Allergy Organization Journal, 3(4), 57–161. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1399-3038.2010.01068.x.
  3. Labrosse, R., Graham, F., & Caubet, J. C. (2020). Non-IgE-Mediated Gastrointestinal Food Allergies in Children: An Update. Nutrients, 12(7), 2086. https://www.mdpi.com/2072-6643/12/7/2086/htm#B106-nutrients-12-02086.
  4. Société canadienne de pédiatrie. (27 avril 2021). L’évaluation et la prise en charge des allergies alimentaires non induites par les IgE : Société canadienne de pédiatrie. L’évaluation et la prise en charge des allergies alimentaires non induites par les IgE | Société canadienne de pédiatrie. Consulté le 30 juillet 2022, à l’adresse suivante : https://cps.ca/fr/documents/position/levaluation-et-la-prise-en-charge-des-allergies-alimentaires-non-induites-par-les-ige.
  5. Vandenplas, Y., De Greef, E., & Devreker, T. (2014). Treatment of Cow’s Milk Protein Allergy. Pediatric gastroenterology, hepatology & nutrition, 17(1), 1–5. https://doi.org/10.5223/pghn.2014.17.1.1.
  6. Verduci, E., di Profio, E., Cerrato, L., Nuzzi, G., Riva, L., Vizzari, G., D’Auria, E., Giannì, M. L., Zuccotti, G., & Peroni, D. G. (2020). Use of Soy-Based Formulas and Cow’s Milk Allergy: Lights and Shadows. Frontiers in Pediatrics, 8. https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fped.2020.591988/full.