Young woman lying on couch in pain

Colite Ulcéreuse

Découvrez ce trouble chronique du gros intestin, ses tests et ses symptômes.

La colite ulcéreuse est une affection chronique du gros intestin (côlon). L’appareil digestif (y compris l’estomac, les petit et gros intestins) transforme les aliments en nutriments, ces derniers sont ensuite absorbés dans la circulation sanguine pour alimenter notre organisme. Le rôle principal du côlon est d’absorber l’eau et les sels provenant des déchets alimentaires non digérés. Cette fonction aide à épaissir et solidifier les selles qui sont ensuite expulsées de l’organisme par l’anus.

La colite ulcéreuse cause de l’inflammation (rougeurs et gonflement) et des ulcérations (plaies) le long de la muqueuse du côlon, ce qui peut causer des douleurs abdominales, des crampes, des saignements et de la diarrhée. La maladie se développe habituellement dans la région rectale, qui retient les selles jusqu’à ce que vous vous rendiez à la salle de bains, et, à long terme, peut affecter tout le côlon. On classe la colite ulcéreuse sous les maladies inflammatoires de l’intestin (MII), en raison de l’inflammation qui se produit dans les intestins. Une autre forme courante de MII est la maladie de Crohn. Même si les symptômes de la colite ulcéreuse ressemblent à ceux de la maladie de Crohn, les affections diffèrent en plusieurs points. 

Bien que la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn soient toutes deux des MII, on ne doit pas les confondre avec le syndrome du côlon irritable (SCI), un trouble affectant les contractions musculaires et la sensibilité du côlon. Contrairement à la colite ulcéreuse et à la maladie de Crohn, le SCI ne cause pas d’inflammation intestinale ni de dommages aux intestins.

Colite ulcéreuse VS Maladie de Crohn

Le Canada présente l’un des taux les plus élevés de MII au monde. On estime que plus de 230 000 Canadiens souffrent d’une MII et plus de 4 500 nouveaux cas de colite ulcéreuse et 5 700 nouveaux cas de maladie de Crohn sont diagnostiqués chaque année. Le nombre de personnes atteintes d’une MII est à la hausse, tout particulièrement depuis 2001, et de manière significative chez les enfants de 10 ans et moins. Environ 5 900 enfants canadiens souffrent d’une MII et de 20 à 30 % des personnes ayant reçu un diagnostic de MII développent l’affection avant l’âge de 20 ans.

CARACTÉRISTIQUESCOLITE ULCÉREUSEMALADIE DE CROHN
Endroit de l’inflammationLimité au gros intestin (côlon et rectum)Partout dans la voie gastro-intestinale (des
gencives au rectum)
Schéma de l’inflammationLes zones irritées sont continues, sans tachesOn retrouve des zones d’inflammation entre
les portions en santé de l’intestin
Apparence de l’inflammationLes ulcères pénètrent seulement la
muqueuse interne de l’intestin
Les ulcères peuvent pénétrer toute l’épaisseur
(plusieurs couches) de la muqueuse intestinale
Endroit de la douleurGénéralement du côté gauche dans le bas de l’abdomenGénéralement du côté droit dans le bas de l’abdomen
SaignementCourant lorsque la personne va à la selleRare

Au Canada, on estime que le fardeau économique et les coûts des soins de santé annuels liés aux MII se chiffrent à 2,8 milliards de dollars. La somme associée aux coûts médicaux directs (médicaments, hospitalisations, visites chez le médecin) dépasse les 1,2 milliard de dollars par année. Étant une cause fréquente de l’absentéisme au travail et à l’école, les MII peuvent nuire de façon considérable à la productivité et à la qualité de vie d’une personne. De nombreuses personnes développent une MII durant les années les plus productives de leur vie et lorsqu’elles ont une vie de famille.

Puis-je prévenir la colite ulcéreuse?

Il n’existe actuellement aucun moyen connu de prévenir ou de guérir la colite ulcéreuse (MII), mais la stratégie appropriée pour gérer votre maladie peut vous aider à mener une vie plus heureuse, plus saine et plus épanouissante.

La cause exacte de la colite ulcéreuse est inconnue. Cependant, on pense qu’il est dû à une combinaison de facteurs, y compris les gènes d’une personne (traits héréditaires) et les déclencheurs de l’environnement. Cette interaction de facteurs génétiques et environnementaux active une réponse anormale du système immunitaire de l’organisme.

Normalement, le système immunitaire protège le corps contre les infections. Chez les personnes atteintes de colite ulcéreuse, cependant, le système immunitaire peut confondre les microbes (comme les bactéries qui se trouvent normalement dans les intestins), les aliments et d’autres matières dans les intestins, avec des substances envahissantes.

Lorsque cela se produit, le corps lance une attaque, envoyant des globules blancs dans la muqueuse des intestins où ils provoquent une inflammation et des ulcérations.

Vivre positivement avec la colite ulcéreuse

La colite ulcéreuse est une maladie chronique (à long terme) dont les symptômes peuvent disparaître puis réapparaître tout au long de votre vie. Vivre avec la nature imprévisible de la colite ulcéreuse peut poser des défis physiques et émotionnels qui peuvent parfois sembler accablants. Cependant, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour contribuer à votre santé et à votre bien-être.

Soyez informé, proactif et impliqué dans vos soins. En établissant un partenariat solide avec votre équipe de soins de santé, en développant des habiletés d’adaptation et en maintenant une attitude positive, il est possible de rester en bonne santé et heureux, malgré la colite ulcéreuse.

Changements au régime alimentaire et au mode de vie

Bien que le régime alimentaire et le stress ne causent pas la colite ulcéreuse, il se peut qu’il y ait des périodes où des changements à votre mode de vie puissent aider à contrôler vos symptômes et à espacer les intervalles entre les crises.

Les changements suivants peuvent aider à soulager vos symptômes :

  • Réduire sa consommation de lait/de produits laitiers. Si vous êtes intolérant au lactose (que vous ne pouvez digérer le sucre contenu dans le lait), le lait et les produits laitiers peuvent produire des symptômes comme des ballonnements et la diarrhée.
  • Réduire sa consommation de certains aliments riches en fibres, tels les noix, les graines et les légumes crus.
  • Réduire sa consommation de caféine, d’alcool, de boissons gazeuses et d’aliments gras.
  • Manger fréquemment et en petite quantité plutôt que de prendre de gros repas.
  • Faire de l’exercice physique régulièrement pour activer le mouvement du côlon et réduire le stress.
  • Réduire le stress. Le yoga, la méditation et les techniques de respiration lente et profonde peuvent aider les personnes souffrant de la colite ulcéreuse à gérer leur stress.

Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien si l’une de ces formulations peut vous convenir. Il est important de prendre le probiotique dans la dose et la durée recommandées par le fabricant pour obtenir les meilleurs résultats.

Les symptômes les plus fréquents de la colite ulcéreuse sont des douleurs abdominales, de la diarrhée, du sang dans les selles et de fausses envies d’aller à la selle.

  • Douleurs abdominales (crampes) : La douleur associée à la colite ulcéreuse peut être ressentie partout dans l’abdomen, mais elle est généralement située dans le côté inférieur gauche.
  • Diarrhée : La diarrhée (selles fréquentes, molles ou liquides) peut être de légère à grave et, dans certains cas, peut nécessiter jusqu’à 20 visites ou plus par par jour à la salle de bains.
  • Sang et (ou) mucus dans les selles : Des ulcères peuvent se former là où l’inflammation a endommagé la muqueuse intestinale. Ces parties saignent et produisent du pus et du mucus, qui peuvent apparaître dans les selles.
  • Fausses envies d’aller à la selle : L’envie d’aller à la selle peut se manifester fréquemment, même s’il y a peu de matières fécales. Cette envie est causée par l’inflammation du rectum.

Parmi les autres symptômes de la colite ulcéreuse, notons :

  • Perte de poids
  • Anémie
  • Fatigue
  • Nausée
  • Fièvre
  • Vomissements

Symptômes inquiétants :

Un changement dans les symptômes de votre colite ulcéreuse pourrait signifier qu’un traitement additionnel est nécessaire. Consultez immédiatement votre médecin si vous éprouvez de nouveaux symptômes, un changement de vos symptômes actuels ou si les symptômes suivants se manifestent :

  • une quantité inhabituelle d’aphtes ou de lésions dans votre bouche
  • une perte de poids inexpliquée ou involontaire
  • de la difficulté à gagner du poids (surtout chez les enfants)
  • un retard de la puberté chez les adolescents
  • un drainage de pus provenant de l’anus ou une douleur aiguë près de l’anus qui est habituellement causée par un abcès
  • de l’anémie – cette maladie du sang cause de la fatigue et de la faiblesse. Elle est habituellement causée par une importante perte de sang ou une carence alimentaire en fer
  • des saignements rectaux
  • de la fièvre
  • des changements dans la fréquence des selles
  • des rougeurs / douleurs oculaires
  • de graves douleurs articulaires
  • des nausées / vomissements – incapacité à garder les aliments / les liquides

Facteurs de risques

  • Âge La colite ulcéreuse peut toucher n’importe quel groupe d’âge, bien qu’il y ait des pics dans la tranche d’âge 15 – 30 ans et, à nouveau, dans la tranche d’âge 50 – 70 ans.
  • Race/origine ethnique : La colite ulcéreuse est plus courante chez les Blancs que chez les non-Blancs et chez les personnes d’origine juive ashkénaze.
  • Antécédents familiaux : Les personnes dont un parent immédiat (parents, frères ou sœurs) souffre de la colite ulcéreuse ont plus de risques de développer cette affection.

Quelles complications sont associées à la colite ulcéreuse ?

Il existe certaines complications liées à la colite ulcéreuse. Les complications possibles incluent :

  • Saignement sévère
  • Déshydratation
  • Côlon perforé (un trou dans le côlon)
  • Calculs rénaux
  • Ostéoporose (perte de solidité osseuse)
  • Mégacôlon toxique (gonflement abdominal sévère accompagné de fièvre, rare)
  • Maladie du foie (rare)

Les personnes atteintes de colite ulcéreuse courent également un risque accru de développer un cancer du côlon. Le risque de cancer du côlon est lié au temps qui s’est écoulé depuis votre diagnostic et à la proportion de votre côlon qui est affectée par l’inflammation. Cependant, un examen régulier par votre médecin et des tests de dépistage du cancer colorectal peuvent aider à réduire le risque de cancer et à détecter les problèmes tôt.

Dépistage de la colite ulcéreuse

Souvent, les symptômes eux-mêmes peuvent fournir aux médecins l’information dont ils ont besoin pour établir le diagnostic de colite ulcéreuse. Votre médecin effectuera un examen physique et notera tous vos antécédents médicaux, passant en revue de façon détaillée vos symptômes. Pour cette raison, il est important d’être franc et précis avec votre médecin quant aux problèmes que vous éprouvez.

Il n’existe aucun test de laboratoire, de rayon X ni de sonde spécifiques pour diagnostiquer la colite ulcéreuse, toutefois, pour aider à confirmer le diagnostic de cette affection et écarter tout autre problème, votre médecin peut vous faire subir les tests suivants :

  • Analyses sanguines : les analyses sanguines peuvent aider à identifier l’anémie (formule sanguine faible), l’infection et l’inflammation.
  • Test d’échantillons de selles : Une analyse des selles permet de détecter s’il y a du sang dans les selles et d’écarter les infections, une malabsorption du tube digestif, des parasites et d’autres problèmes digestifs
  • Tests d’imagerie : Votre médecin peut demander que vous subissiez des tests pour voir à l’intérieur de vos organes digestifs inférieurs. Ces tests sécuritaires peuvent aider à diagnostiquer la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn et à identifier d’autres problèmes, comme des ulcères, des polypes (des excroissances sur la paroi des intestins), le cancer du côlon. Il se peut qu’on prenne un échantillon de la muqueuse de l’intestin (biopsie) pour l’analyser sous microscope.
  • La sigmoïdoscopie flexible : Un mince tube flexible (sigmoïdoscope) équipé d’une lumière et d’une minuscule caméra est introduit dans le gros intestin (le côlon) par le rectum. Le sigmoïdoscope permet à votre médecin d’examiner la paroi de la partie inférieure de votre côlon.
  • La colonoscopie : Lors d’une intervention semblable à la sigmoïdoscopie flexible, un tube flexible permet à votre médecin d’examiner la paroi des sections supérieures et inférieures de votre côlon.
  • Le lavement baryté : Un petit tube est placé dans le rectum et rempli de liquide baryté et d’air. Le baryum recouvre la muqueuse du côlon et du rectum pour qu’ils soient visibles par rayons X. Le médecin peut ainsi voir les parties endommagées ou l’inflammation.
  • Le tomodensitogramme (tomographie par ordinateur) : Un tomodensitogramme produit des radiographies transversales de l’abdomen et du pelvis pour aider à diagnostiquer la colite ulcéreuse et écarter tout autre trouble ou affection.
  • Un examen IRM (imagerie par résonance magnétique) : Un examen IRM est semblable à un tomodensitogramme, mais n’utilise pas les rayons X pour capturer une image. L’imagerie par résonance magnétique se sert du magnétisme, des ondes radioélectriques et d’un ordinateur pour produire des images très détaillées du corps. Cela permet de détecter de façon extrêmement précise l’inflammation et les maladies dans le côlon et le reste du corps.

Comment traite-t-on la colite ulcéreuse?

Il n’y a actuellement aucun remède pour la colite ulcéreuse, il existe cependant des traitements efficaces qui peuvent contrôler votre maladie et vous pourriez même avoir une période de rémission. La rémission signifie que vos symptômes disparaissent complètement. Votre plan de traitement dépendra du type de symptômes que vous éprouvez, de leur gravité et de leur portée sur votre vie quotidienne.

Médication

Il se peut que vous deviez prendre des médicaments pour contrôler l’inflammation du côlon et (ou) réduire la réaction immunitaire de votre organisme. Le traitement vise à gérer vos symptômes et à les empêcher de revenir pour que vous puissiez vivre votre vie au maximum. Vous et votre médecin devriez discuter et envisager soigneusement les risques et les avantages associés avec toute option de traitement disponible. Souvent, le médecin prescrit des médicaments selon une approche progressive : on commence avec des médicaments relativement sécuritaires présentant peu des risques ou d’effets secondaires pour ensuite prescrire des médicaments de plus en plus puissants, présentant des risques et des effets secondaires supplémentaires, si vos symptômes ne répondent pas.

La liste suivante présente les médicaments les plus couramment utilisés pour traiter la colite ulcéreuse :

  • La mésalamine : aussi connue sous le nom d’aminosalicylate, constitue souvent la première option de traitement pour la colite ulcéreuse légère à modérée. Ce médicament aide à réduire l’inflammation du côlon et à contrôler la diarrhée. L’aminosalicylate peut être pris sous forme de comprimés par voie orale, de suppositoires (une capsule que vous insérez dans votre rectum) ou de lavements. Les suppositoires et les lavements nous permettent de traiter localement l’inflammation et soulagent les symptômes d’envies urgentes.
  • Les corticostéroïdes : (comme la prednisone et le budésonide) réduisent également l’inflammation en contrôlant la réaction du système immunitaire. Les médicaments à base de stéroïdes sont efficaces pour maîtriser les crises à court terme, mais ils ne sont pas recommandés pour une utilisation à long terme en raison de leurs effets secondaires.
  • Les immunosuppresseurs : (comme le 6-MP et l’azathioprine) peuvent être recommandés si votre affection ne répond pas aux autres traitements. Ces médicaments suppriment (réduisent) l’activité du système immunitaire pour contrôler l’inflammation, par contre, ils affaiblissent aussi la capacité de l’organisme à combattre les infections. Il faut habituellement aux immunosuppresseurs de 2 à 3 mois avant de commencer à agir.
  • Les médicaments biologiques : (comme l’infliximab, l’adalimumab et le golimumab) sont des médicaments puissants utilisés pour les personnes souffrant de colite ulcéreuse modérée à grave et qui ne répondent pas aux autres traitements. Les médicaments biologiques ciblent et bloquent les molécules protéiques spécifiques causant l’inflammation de la colite ulcéreuse, tout en permettant au système immunitaire de fonctionner et de combattre les infections.
  • Biosimilaires : (tels que : Infliximab-dyyb (Inflectra®️)) Un médicament biologique biosimilaire, ou biosimilaire, est un médicament dont il a été démontré qu’il est très similaire à un médicament biologique dont la vente a déjà été autorisée (connu sous le nom de médicament biologique de référence). Les biosimilaires étaient auparavant connus au Canada sous le nom de produits biologiques ultérieurs (PBU). Santé Canada déclare que les biosimilaires ne sont pas des produits biologiques génériques. le médicament de référence d’origine. Cependant, des études à long terme sont encore nécessaires pour confirmer ces attributs.
  • Inhibiteurs de JAK : (tels que XELJANZ® (tofacitinib)) est une nouvelle option de traitement par voie orale pour les patients adultes atteints de colite ulcéreuse (CU) modérée à sévère qui peut aider à atteindre et à maintenir la rémission. XELJANZ® (tofacitinib) est un inhibiteur de Janus kinase (JAK). Les inhibiteurs de JAK sont de petites molécules sous forme de pilule qui interfèrent avec un certain nombre de cytokines pro-inflammatoires clés impliquées dans l’origine et le développement de la maladie inflammatoire de l’intestin. Le traitement de la CU au cours des 10 à 20 dernières années s’est fait au moyen d’injectables ou d’agents intraveineux. Désormais, XELJANZ, le premier inhibiteur de Janus kinase (JAK) approuvé par Santé Canada, offre une nouvelle option aux personnes atteintes de CU. L’utilisation de XELJANZ en association avec des thérapies biologiques pour la RCH ou avec des immunosuppresseurs puissants tels que l’azathioprine et la cyclosporine n’est pas recommandée.

La chirurgie :

Environ de 10 à 15 % des personnes atteintes de colite ulcéreuse pourraient avoir recours à la chirurgie pour soigner leur affection, si elles ne répondent pas au traitement médical ou si des complications surviennent. La chirurgie pour la colite ulcéreuse comporte habituellement l’ablation de tout le côlon et du rectum (proctocolectomie).

Lorsque le côlon est complètement retiré, une petite ouverture (stomie) est créée dans le bas de l’abdomen et les matières fécales (déchets digestifs) sont collectées dans un petit sac porté à l’extérieur du corps. Pour certaines personnes, une deuxième opération (appelée procédure de poche) peut être effectuée. Cette opération crée un nouveau rectum, qui permet aux matières fécales de s’accumuler à l’intérieur du corps et d’être expulsées par un passage normal à travers l’anus. Les personnes atteintes de poches passent encore souvent 4 à 6 selles par jour, mais sans sang ni douleur.

Traitement symptomatique :

Les symptômes de la colite ulcéreuse peuvent être perturbateurs, débilitants et embarrassants. En plus des médicaments pour contrôler l’inflammation, votre médecin peut recommander des produits supplémentaires pour aider à soulager vos symptômes, notamment des antibiotiques (pour la fièvre), des analgésiques (pour les douleurs abdominales), des antidiarrhéiques (pour contrôler la diarrhée) et des suppléments de fer (pour l’anémie). Discutez avec votre médecin des médicaments que vous pouvez prendre en toute sécurité.

Régime et mode de vie

Les objectifs d’une saine alimentation pour les MII comprennent la gestion des symptômes, la garantie et l’optimisation d’un apport adéquat, la promotion de la guérison, la réduction des complications et la satisfaction d’autres besoins personnels pertinents.

Il n’y a pas de remède miracle pour la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, par le biais d’un régime spécial, de combinaisons d’aliments ou d’exclusions d’aliments ou de nutriments sélectionnés. Les personnes atteintes de MICI, y compris la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, peuvent se sentir bien ou malades pendant une poussée, ce qui entraîne des variations d’appétit et d’apport nutritionnel en fonction de l’état de leur MII.

Lors d’une poussée et même lorsque vous vous sentez bien, il est important d’être bien nourri pour favoriser la guérison, développer la force, réduire l’inflammation et optimiser l’apport nutritionnel. Si vous vous sentez malade pendant une poussée, apporter des changements efficaces à votre alimentation peut potentiellement vous aider à gérer les symptômes.

Probiotiques :

Des études ont montré que, dans certains cas, les probiotiques peuvent aider à améliorer les symptômes de la colite ulcéreuse. Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont pris en quantités adéquates pendant une durée suffisante, peuvent avoir un effet bénéfique sur la santé. Ce sont des bactéries naturelles et «saines» qui peuvent aider à la digestion et offrir une protection contre les bactéries nocives dans les intestins.

Les probiotiques ne sont pas des médicaments. Ils sont disponibles à l’achat sous forme de capsules, de comprimés ou de poudres, et peuvent également être trouvés dans certains yogourts enrichis et produits laitiers fermentés. Cependant, tous les probiotiques ne sont pas identiques. Bien que de nombreux produits prétendent avoir des avantages, seules deux formulations de probiotiques – E. coli Nissle et VSL#3 – se sont avérées efficaces dans la colite ulcéreuse.

Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien si l’une de ces formulations peut vous convenir. Il est important de prendre le probiotique dans la dose et la durée recommandées par le fabricant pour obtenir les meilleurs résultats.

  • On estime que 104 000 Canadiens souffraient de colite ulcéreuse en 2012, avec 4 500 nouveaux cas chaque année. (Fondation canadienne de la maladie de Crohn et de la colite 2012)
  • En 2008, on estimait que les visites chez le médecin pour la colite ulcéreuse coûtaient au système de santé canadien 54 millions de dollars par année. Les coûts totaux d’hospitalisation ont été estimés à 120 millions de dollars en 2008. (Fondation canadienne de la santé digestive 2009; Fedorak et al. 2010)
  • Les coûts indirects totaux de la colite ulcéreuse ont été estimés à 693 millions de dollars en 2012. (Crohn’s and Colitis Foundation of Canada 2012)
  • Les personnes atteintes de colite ulcéreuse courent un risque accru de cancer colorectal, bien qu’il n’y ait pas de risque excessif de mortalité prématurée.

Citations: 

Canadian Digestive Health Foundation. 2009. Establishing digestive health as a priority for Canadians. The Canadian Digestive Health Foundation – National Digestive Disorders Prevalence & Impact Study Report.

Fedorak RN et al. Canadian Digestive Health Foundation Public Impact Series 4: Inflammatory bowel disease in Canada. Incidence, prevalence, and direct and indirect economic impact. Can J Gastroenterol. 2010 Nov;24(11):651-5.

Est-ce que je vais avoir un cancer parce que j’ai une MII (colite ulcéreuse) ?

Les personnes atteintes de MII courent un risque accru de développer un cancer du côlon. Avoir des endoscopies régulières aidera à identifier les polypes qui pourraient potentiellement se transformer en cancer.

L’alimentation affecte-t-elle la colite ulcéreuse (MII) ?

Le régime alimentaire seul n’est pas efficace dans le traitement de la maladie de Crohn ou de la colite ulcéreuse. Cependant, il est important que les patients atteints de MII aient une alimentation bien équilibrée. Le calcium est important pour protéger les os. Les fibres peuvent ne pas être tolérées pendant les poussées. Certaines vitamines (par exemple, B12) peuvent être nécessaires. Des patients sélectionnés peuvent parfois être aidés par un diététicien agréé.

En quoi la colite ulcéreuse (MICI) est-elle différente de l’SCI ?

Bien que les deux maladies puissent être gravement débilitantes, il existe plusieurs différences principales entre les maladies inflammatoires de l’intestin (MICI) et le syndrome du côlon irritable (SCI). L’MICI est une maladie auto-immune qui provoque un gonflement et des ulcérations (plaies) dans l’intestin. Le SCI implique des problèmes de motilité (comment l’intestin déplace le contenu dans nos intestins) et de sensibilité (comment le cerveau interprète les sensations dans l’intestin). Les symptômes de l’SCI peuvent augmenter et diminuer et éventuellement disparaître complètement alors que l’MICI est une maladie chronique.

Comment puis-je savoir si mon traitement fonctionne ?

Pour certaines personnes, les symptômes de la colite ulcéreuse s’amélioreront considérablement peu de temps après avoir commencé à prendre des médicaments ou apporté des changements à leur mode de vie et à leur régime alimentaire. Pour d’autres, trouver un soulagement des symptômes est un processus lent et cela peut prendre plus de temps pour qu’une amélioration définitive soit remarquée. Il est important que vous et votre médecin travailliez ensemble pour déterminer ce qui déclenche vos symptômes et pour trouver le bon traitement pour gérer efficacement vos symptômes.

Comment puis-je me préparer pour un rendez-vous avec mon gastro-entérologue pour discuter de ma colite ulcéreuse ?

Une bonne communication avec votre médecin est un élément important de la prise en charge efficace d’un trouble gastro-intestinal comme la colite ulcéreuse. Avant votre rendez-vous, prenez le temps de tenir un journal des symptômes qui peut vous aider, vous et votre médecin, à voir les schémas de vos activités et à identifier les déclencheurs spécifiques de vos symptômes. Incluez les informations suivantes dans votre journal :

  • Notez les symptômes qui vous dérangent et depuis combien de temps vous les avez.
  • Notez les informations personnelles et médicales clés, y compris tout changement récent ou événement stressant dans votre vie.
  • Faites une liste des déclencheurs (nourriture, stress, activité) qui semblent aggraver vos symptômes.
  • Faites une liste des médicaments que vous prenez, y compris les conditions pour lesquelles vous les prenez. Notez également si l’un de vos médicaments semble affecter vos symptômes.
  • Parlez aux membres de votre famille et découvrez si des proches ont reçu un diagnostic de colite ulcéreuse ou d’un autre trouble digestif.

Créez également une liste de questions à poser à votre médecin lors de votre rendez-vous. Plus précisément, vous voudrez peut-être poser à votre médecin des questions telles que :

  • Selon vous, qu’est-ce qui cause mes symptômes ?
  • Existe-t-il d’autres causes possibles à mon état ?
  • De quels tests de diagnostic ai-je besoin ?
  • Ces tests nécessitent-ils une préparation particulière ?
  • Quelle approche de traitement recommandez-vous d’essayer en premier ?
  • Si le premier traitement ne fonctionne pas, qu’allons-nous essayer ensuite ?
  • Y a-t-il des effets secondaires associés à ces traitements ?

Articles Liés :

Voir toutes les nouvelles et articles

Doctor speaking to teenager in office

Transition d’une MICI pédiatrique à une MICI adulte

Parent shaking hands with doctor with teenager in the background

Liste de contrôle de la transition vers une MICI pour les patients et les parents

young girl holding baby doll

Syndrome de Loeys-Dietz et les maladies inflammatoires de l’intestin

Stethascope on a blue background

Dépliant pour les patients atteints d’une MII et en voie de transition

Les Options de traitements pour les MII: comprendre les avantages et les risques

Test de la calprotectine fécale

IBD Animation

MII: Changer d’un médicament biologique à un médicament biosimilaire

Woman in chair reading her laptop and smiling

Bibliothèque sur les produits biosimilaires de la FCSD

Causeries de la FCSD: Votre nouvelle clinique de perfusion

Asian woman in bed holding her stomach

#ImaginezlaCU différemment

ibd medications and tools

Médicaments pour les MII durant la pandémie de la COVID-19 (affiche infographique)

Les faits sur la diarrhée du voyageur

Women looking off to the side with her cell phone in hand

Stratégies de changement de comportement