Syndrome du Côlon Irritable (SCI)

Signes et symptômes du SCI

Les symptômes les plus courants du SCI sont les douleurs abdominales liées aux mouvements de l’intestin et des activités irrégulières de l’intestin menant à une constipation, une diarrhée ou une diarrhée en alternance avec la constipation

  • Douleurs abdominales (crampes) : Les douleurs associées au SCI sont ressenties dans tout l’abdomen. Les épisodes de douleurs peuvent varier en durée et en gravité et la douleur peut augmenter et diminuer avec le temps. Le fait d’aller à la selle soulage souvent la personne de ces douleurs associées au SCI.
  • Constipation : Les symptômes de la constipation peuvent inclure l’évacuation de trois selles ou moins par semaine, l’évacuation de selles dures et sèches ou de petites quantités de selles et des selles souvent laborieuses.
  • Diarrhée : Les symptômes de la diarrhée peuvent inclure l’évacuation de trois selles ou plus par jour, l’évacuation de selles liquides et molles ou le fait de ressentir le besoin urgent d’aller à la selle.

Autres symptômes du SCI :

  • Gaz
  • Brûlures d’estomac
  • Ballonnements
  • Nausée
  • La sensation de ne pas avoir complètement fait ses besoins
  • Mucus blanchâtre (fluide produit dans les intestins) dans ou autour des selles

Même si la plupart des personnes éprouvent de temps en temps des problèmes de digestion, les douleurs abdominales et la diarrhée ou la constipation récurrentes est ce qui caractérise le SCI . À certains moments, la douleur et l’inconfort causés par les symptômes du SCI peuvent être graves et débilitants, et à d’autres moments, ils peuvent être moins gênants ou même se résorber complètement.

Qu’est-ce qui cause le SCI?

La cause exacte du SCI est inconnue, on croit cependant que le SCI est attribuable à plusieurs facteurs. Chez certains patients, cette affection peut être associée à une infection antérieure ou à un événement ayant perturbé le fonctionnement normal des intestins.

Il est courant que certaines personnes développent le SCI à la suite d’une infection gastro-intestinale, d’une intoxication alimentaire, de la diarrhée des voyageurs, d’une chirurgie, d’un changement apporté au régime alimentaire ou de l’utilisation d’antibiotiques ou de nouveaux médicaments. Chez d’autres personnes, un déséquilibre des bactéries intestinales ou une fluctuation du niveau hormonal, un changement des signaux qu’envoie le système immunitaire à la paroi digestive ou aux neurotransmetteurs (substances chimiques cérébrales) peuvent également entraîner le développement du SCI.

On s’intéresse actuellement beaucoup aux modifications possibles du nombre ou du type de bactéries intestinales, mais le rôle précis que cela peut jouer dans le SCI n’est pas encore connu. Chez les personnes atteintes du SCI, la fonction intestinale peut être modifiée de nombreuses façons :

Motilité (mouvement du contenu à travers les intestins) :

Normalement, des vagues de contractions coordonnées des muscles intestinaux (péristaltisme) transportent les aliments digérés à travers les intestins. Chez les personnes souffrant du SCI, le rythme et la coordination de ces contractions peuvent être modifiés. La modification de cette fonction motrice peut entraîner un mouvement trop rapide des intestins (causant la diarrhée) ou trop lent (causant la constipation) et ainsi causer des spasmes et de la douleur.

 

Sensibilité (la façon dont le cerveau interprète les signaux provenant des nerfs intestinaux) :

Le réseau de nerfs entourant les organes de digestion peut devenir inhabituellement sensible. Pour certaines personnes ayant le SCI, même un petit changement dans l’activité intestinale peut provoquer les nerfs pour que ces derniers envoient des messages au cerveau causant ainsi des douleurs abdominales.

Dysfonctionnement des signaux du cerveau aux intestins :

Il se peut que le cerveau des personnes souffrant du SCI ait des problèmes de réception et de traitement des sensations provenant des intestins. Un dysfonctionnement peut se produire le long des différentes voies reliant le cerveau aux intestins, interférant ainsi avec le fonctionnement normal des intestins.

De nombreux aspects de la vie quotidienne peuvent déclencher ou aggraver les symptômes du SCI. Les déclencheurs varient d’une personne à l’autre, mais les plus courants sont certains aliments, les médicaments, le stress émotionnel et les fluctuations d’hormones. Les aliments, tout particulièrement la caféine, l’alcool, les boissons gazeuses, les aliments gras, certains fruits et légumes ainsi que le lactose, le fructose et le gluten (les protéines de blé) peuvent causer des problèmes aux personnes atteintes du SCI.

Facteurs de risques

Âge : Le SCI peut toucher les personnes de tous âges, mais il se déclare souvent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte.

Sexe : Le SCI touche davantage les femmes que les hommes.

Antécédents familiaux du SCI : Les personnes dont un parent immédiat (parents, frères ou sœurs) souffre du SCI ont plus de risques de développer cette affection.

Symptômes inquiétants

Le SCI ne présente habituellement pas de symptômes inquiétants et ces derniers peuvent signaler d’autres troubles de santé plus graves. Consultez votre médecin si les symptômes suivants se manifestent :

  • des symptômes qui se manifestent pour la première fois après 50 ans
  • des saignements rectaux avec du sang rouge foncé mélangé aux selles
  • une perte de poids inexpliquée
  • de la fièvre
  • des nausées, des vomissements
  • des douleurs abdominales qui vous réveillent la nuit
  • des symptômes qui s’aggravent en peu de temps Remarque : Il se peut que les personnes ayant des antécédents de cancer du côlon, de maladie cœliaque ou de maladie intestinale inflammatoire doivent subir des tests supplémentaires.

Quels sont les symptômes du SCI-C?

Lorsque vous vivez avec le SCI-C, les symptômes peuvent soudainement empirer (éruption) pour ensuite se résorber sans raison apparente. Lorsque les symptômes se manifestent, ces derniers peuvent être graves, débilitants et durer durant des jours ou des mois.

Les signes et symptômes possibles du SCI-C sont :

  • des douleurs abdominales ou de l’inconfort
  • des gaz, des ballonnements et des distensions abdominales
  • efforts lorsque la personne essaie d’aller à la selle
  • le sentiment que quelque chose bloque votre rectum
  • selles non régulières (moins de trois fois par semaine)
  • le sentiment de ne pas s’être complètement vidé

 

Risques associés au SCI-C

S’il n’est pas soigné, le SCI-C peut possiblement engendrer des complications additionnelles de santé, notamment :

  • hémorroïdes : veines dilatées (vaisseaux sanguins) dans le rectum qui peuvent saigner ou glisser par l’anus.
  • des fissures anales : une fissure dans la paroi de votre anus qui peut se développer lorsque des selles dures et imposantes élargissent le sphincter anal.
  • un fécalome : un bouchon de selles dures ne pouvant être évacuées normalement et qui pourrait nécessiter un retrait manuel.
  • un prolapsus rectal : Les tissus rectaux sortent par l’anus.
  • syndrome des « intestins paresseux » : ce syndrome peut être provoqué par une utilisation fréquente de laxatifs, ainsi les intestins en dépendent pour fonctionner adéquatement.

Causes possibles du SCI-C

La cause du SCI-C n’est pas encore connue. Il existe cependant plusieurs facteurs qui peuvent contribuer à cette affection, notamment :

  • La motilité intestinale : La paroi des intestins se compose de couches de muscles qui se contractent et se détendent à un rythme coordonné à mesure qu’ils propulsent les aliments de votre estomac vers vos intestins par le biais d’un processus appelé le péristaltisme. Pour les personnes atteintes du SCI-C, il se peut que les contractions des intestins soient réduites ou retardées causant des gaz, des ballonnements et un déplacement plus lent des selles.
  • Hypersensibilité nerveuse : La mauvaise coordination des signaux entre le cerveau et les intestins peut faire réagir de manière exagérée votre corps face aux activités ayant lieu lors de la digestion et causant une sensibilité accrue. Ce facteur pourrait expliquer la raison pour laquelle les personnes atteintes du SCI-C souffrent de douleurs abdominales et d’inconfort.
  • Absorption de l’excès de liquide : La constipation survient lorsque les intestins absorbent trop de liquides des selles, ce qui peut se produire à cause des contractions réduites ou retardées des parois abdominales.
  • Connexion cerveau-intestins : Il existe un lien important entre votre cerveau et vos selles. On l’appelle parfois la connexion cerveau-intestins. Chez les personnes atteintes du SCI-C, une mauvaise connexion possible ou une mauvaise communication entre le cerveau et les intestins peut influencer la motilité, la sensibilité à la douleur et l’absorption du liquide. Cette mauvaise connexion peut entraîner des douleurs abdominales, de l’inconfort et la constipation.

Comment diagnostique-t-on le SCI-C?

La cause exacte du SCI-C est inconnue et il n’existe actuellement pas de tests pour établir un diagnostic du syndrome. Les médecins font un diagnostic en fonction de vos antécédents, de vos symptômes et de votre examen physique. Il se peut aussi que l’on vous demande de subir des tests pour diagnostiquer d’autres maladies afin de les éliminer. Il existe deux séries de critères de diagnostic pour le SCI-C qui sont utilisés après que d’autres affections aient été éliminées. Ce sont les critères de Rome et de Manning.

Le critère de Rome : Pour répondre à ce critère, les patients doivent avoir ressenti des douleurs abdominales et de l’inconfort qui ont duré au moins durant trois jours par mois au cours des trois derniers mois. De plus, ils doivent avoir souffert d’au moins deux des symptômes suivants :

  • amélioration des symptômes après être allé à la selle
  • changement de la fréquence des selles
  • changement de la consistance des selles

Le critère de Manning : Pour répondre au critère de Manning, on demande aux patients s’ils souffrent de : • douleurs liées au fait d’aller souvent à la selle

  • de selles plus molles associées à de la douleur
  • de douleurs qui sont soulagées par le fait d’aller à la selle
  • ballonnements abdominaux importants
  • lorsqu’ils vont à la selle, est-ce qu’ils ont l’impression de ne pas avoir tout évacué dans plus d’un quart du temps?
  • diarrhée avec du mucus plus d’un quart du temps

Plus la personne souffre de symptômes, plus il y a de probabilité qu’elle obtienne un diagnostic de SCI-C. Le symptôme le plus représentatif du SCI-C est les douleurs abdominales.

Signes et symptômes du SCI

Les symptômes les plus courants du SCI sont les douleurs abdominales liées aux mouvements de l’intestin et des activités irrégulières de l’intestin menant à une constipation, une diarrhée ou une diarrhée en alternance avec la constipation
  • Douleurs abdominales (crampes) : Les douleurs associées au SCI sont ressenties dans tout l’abdomen. Les épisodes de douleurs peuvent varier en durée et en gravité et la douleur peut augmenter et diminuer avec le temps. Le fait d’aller à la selle soulage souvent la personne de ces douleurs associées au SCI.
  • Constipation : Les symptômes de la constipation peuvent inclure l’évacuation de trois selles ou moins par semaine, l’évacuation de selles dures et sèches ou de petites quantités de selles et des selles souvent laborieuses.
  • Diarrhée : Les symptômes de la diarrhée peuvent inclure l’évacuation de trois selles ou plus par jour, l’évacuation de selles liquides et molles ou le fait de ressentir le besoin urgent d’aller à la selle.

Autres symptômes du SCI :

  • Gaz
  • Brûlures d’estomac
  • Ballonnements
  • Nausée
  • La sensation de ne pas avoir complètement fait ses besoins
  • Mucus blanchâtre (fluide produit dans les intestins) dans ou autour des selles
Même si la plupart des personnes éprouvent de temps en temps des problèmes de digestion, les douleurs abdominales et la diarrhée ou la constipation récurrentes est ce qui caractérise le SCI . À certains moments, la douleur et l’inconfort causés par les symptômes du SCI peuvent être graves et débilitants, et à d’autres moments, ils peuvent être moins gênants ou même se résorber complètement.

Qu’est-ce qui cause le SCI?

La cause exacte du SCI est inconnue, on croit cependant que le SCI est attribuable à plusieurs facteurs. Chez certains patients, cette affection peut être associée à une infection antérieure ou à un événement ayant perturbé le fonctionnement normal des intestins. Il est courant que certaines personnes développent le SCI à la suite d’une infection gastro-intestinale, d’une intoxication alimentaire, de la diarrhée des voyageurs, d’une chirurgie, d’un changement apporté au régime alimentaire ou de l’utilisation d’antibiotiques ou de nouveaux médicaments. Chez d’autres personnes, un déséquilibre des bactéries intestinales ou une fluctuation du niveau hormonal, un changement des signaux qu’envoie le système immunitaire à la paroi digestive ou aux neurotransmetteurs (substances chimiques cérébrales) peuvent également entraîner le développement du SCI. On s’intéresse actuellement beaucoup aux modifications possibles du nombre ou du type de bactéries intestinales, mais le rôle précis que cela peut jouer dans le SCI n’est pas encore connu. Chez les personnes atteintes du SCI, la fonction intestinale peut être modifiée de nombreuses façons :

Motilité (mouvement du contenu à travers les intestins) :

Normalement, des vagues de contractions coordonnées des muscles intestinaux (péristaltisme) transportent les aliments digérés à travers les intestins. Chez les personnes souffrant du SCI, le rythme et la coordination de ces contractions peuvent être modifiés. La modification de cette fonction motrice peut entraîner un mouvement trop rapide des intestins (causant la diarrhée) ou trop lent (causant la constipation) et ainsi causer des spasmes et de la douleur.  

Sensibilité (la façon dont le cerveau interprète les signaux provenant des nerfs intestinaux) :

Le réseau de nerfs entourant les organes de digestion peut devenir inhabituellement sensible. Pour certaines personnes ayant le SCI, même un petit changement dans l’activité intestinale peut provoquer les nerfs pour que ces derniers envoient des messages au cerveau causant ainsi des douleurs abdominales.

Dysfonctionnement des signaux du cerveau aux intestins :

Il se peut que le cerveau des personnes souffrant du SCI ait des problèmes de réception et de traitement des sensations provenant des intestins. Un dysfonctionnement peut se produire le long des différentes voies reliant le cerveau aux intestins, interférant ainsi avec le fonctionnement normal des intestins. De nombreux aspects de la vie quotidienne peuvent déclencher ou aggraver les symptômes du SCI. Les déclencheurs varient d’une personne à l’autre, mais les plus courants sont certains aliments, les médicaments, le stress émotionnel et les fluctuations d’hormones. Les aliments, tout particulièrement la caféine, l’alcool, les boissons gazeuses, les aliments gras, certains fruits et légumes ainsi que le lactose, le fructose et le gluten (les protéines de blé) peuvent causer des problèmes aux personnes atteintes du SCI.

Facteurs de risques

Âge : Le SCI peut toucher les personnes de tous âges, mais il se déclare souvent à l’adolescence ou au début de l’âge adulte. Sexe : Le SCI touche davantage les femmes que les hommes. Antécédents familiaux du SCI : Les personnes dont un parent immédiat (parents, frères ou sœurs) souffre du SCI ont plus de risques de développer cette affection.

Symptômes inquiétants

Le SCI ne présente habituellement pas de symptômes inquiétants et ces derniers peuvent signaler d’autres troubles de santé plus graves. Consultez votre médecin si les symptômes suivants se manifestent :
  • des symptômes qui se manifestent pour la première fois après 50 ans
  • des saignements rectaux avec du sang rouge foncé mélangé aux selles
  • une perte de poids inexpliquée
  • de la fièvre
  • des nausées, des vomissements
  • des douleurs abdominales qui vous réveillent la nuit
  • des symptômes qui s’aggravent en peu de temps Remarque : Il se peut que les personnes ayant des antécédents de cancer du côlon, de maladie cœliaque ou de maladie intestinale inflammatoire doivent subir des tests supplémentaires.

Quels sont les symptômes du SCI-C?

Lorsque vous vivez avec le SCI-C, les symptômes peuvent soudainement empirer (éruption) pour ensuite se résorber sans raison apparente. Lorsque les symptômes se manifestent, ces derniers peuvent être graves, débilitants et durer durant des jours ou des mois.

Les signes et symptômes possibles du SCI-C sont :

  • des douleurs abdominales ou de l’inconfort
  • des gaz, des ballonnements et des distensions abdominales
  • efforts lorsque la personne essaie d’aller à la selle
  • le sentiment que quelque chose bloque votre rectum
  • selles non régulières (moins de trois fois par semaine)
  • le sentiment de ne pas s’être complètement vidé
 

Risques associés au SCI-C

S’il n’est pas soigné, le SCI-C peut possiblement engendrer des complications additionnelles de santé, notamment :
  • hémorroïdes : veines dilatées (vaisseaux sanguins) dans le rectum qui peuvent saigner ou glisser par l’anus.
  • des fissures anales : une fissure dans la paroi de votre anus qui peut se développer lorsque des selles dures et imposantes élargissent le sphincter anal.
  • un fécalome : un bouchon de selles dures ne pouvant être évacuées normalement et qui pourrait nécessiter un retrait manuel.
  • un prolapsus rectal : Les tissus rectaux sortent par l’anus.
  • syndrome des « intestins paresseux » : ce syndrome peut être provoqué par une utilisation fréquente de laxatifs, ainsi les intestins en dépendent pour fonctionner adéquatement.

Causes possibles du SCI-C

La cause du SCI-C n’est pas encore connue. Il existe cependant plusieurs facteurs qui peuvent contribuer à cette affection, notamment :
  • La motilité intestinale : La paroi des intestins se compose de couches de muscles qui se contractent et se détendent à un rythme coordonné à mesure qu’ils propulsent les aliments de votre estomac vers vos intestins par le biais d’un processus appelé le péristaltisme. Pour les personnes atteintes du SCI-C, il se peut que les contractions des intestins soient réduites ou retardées causant des gaz, des ballonnements et un déplacement plus lent des selles.
  • Hypersensibilité nerveuse : La mauvaise coordination des signaux entre le cerveau et les intestins peut faire réagir de manière exagérée votre corps face aux activités ayant lieu lors de la digestion et causant une sensibilité accrue. Ce facteur pourrait expliquer la raison pour laquelle les personnes atteintes du SCI-C souffrent de douleurs abdominales et d’inconfort.
  • Absorption de l’excès de liquide : La constipation survient lorsque les intestins absorbent trop de liquides des selles, ce qui peut se produire à cause des contractions réduites ou retardées des parois abdominales.
  • Connexion cerveau-intestins : Il existe un lien important entre votre cerveau et vos selles. On l’appelle parfois la connexion cerveau-intestins. Chez les personnes atteintes du SCI-C, une mauvaise connexion possible ou une mauvaise communication entre le cerveau et les intestins peut influencer la motilité, la sensibilité à la douleur et l’absorption du liquide. Cette mauvaise connexion peut entraîner des douleurs abdominales, de l’inconfort et la constipation.

Comment diagnostique-t-on le SCI-C?

La cause exacte du SCI-C est inconnue et il n’existe actuellement pas de tests pour établir un diagnostic du syndrome. Les médecins font un diagnostic en fonction de vos antécédents, de vos symptômes et de votre examen physique. Il se peut aussi que l’on vous demande de subir des tests pour diagnostiquer d’autres maladies afin de les éliminer. Il existe deux séries de critères de diagnostic pour le SCI-C qui sont utilisés après que d’autres affections aient été éliminées. Ce sont les critères de Rome et de Manning. Le critère de Rome : Pour répondre à ce critère, les patients doivent avoir ressenti des douleurs abdominales et de l’inconfort qui ont duré au moins durant trois jours par mois au cours des trois derniers mois. De plus, ils doivent avoir souffert d’au moins deux des symptômes suivants :
  • amélioration des symptômes après être allé à la selle
  • changement de la fréquence des selles
  • changement de la consistance des selles
Le critère de Manning : Pour répondre au critère de Manning, on demande aux patients s’ils souffrent de : • douleurs liées au fait d’aller souvent à la selle
  • de selles plus molles associées à de la douleur
  • de douleurs qui sont soulagées par le fait d’aller à la selle
  • ballonnements abdominaux importants
  • lorsqu’ils vont à la selle, est-ce qu’ils ont l’impression de ne pas avoir tout évacué dans plus d’un quart du temps?
  • diarrhée avec du mucus plus d’un quart du temps
Plus la personne souffre de symptômes, plus il y a de probabilité qu’elle obtienne un diagnostic de SCI-C. Le symptôme le plus représentatif du SCI-C est les douleurs abdominales.
Close

Where are you experiencing discomfort?

Click on the buttons on the body to the left or click from the list below where you are experiencing discomfort.